côte d’ivoire

Le CICR est «très inquiet»

L’organisation humanitaire lance un appel à ses donateurs pour renforcer sa présence dans le pays

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est très inquiet. «La situation humanitaire en Côte d’Ivoire est devenue très précaire dans ce qui est devenu un conflit armé interne», a relevé Pierre Krähenbühl, directeur des opérations de l’institution genevoise. Alors que les forces pro-Ouattara sont aux portes d’Abidjan, le CICR craint que les violences entre le camp d’Alassane Ouattara, le président élu reconnu par la communauté internationale, et le camp de Laurent Gbagbo n’éclatent dans l’espace urbain de la capitale économique du pays, très dense en population.

Contrôle insuffisant

«Les cas de pillage sont en augmentation et sont le fait des milices des deux camps», poursuit Pierre Krähenbühl. Le CICR s’évertue à rappeler les obligations des deux parties en matière de droit international humanitaire, notamment celle de distinguer les objectifs militaires des objectifs civils. Aussi bien Alassane Ouattara que Laurent Gbagbo ont été briefés par le CICR. Face à un contexte toujours plus délétère, les civils sont pris en otage entre les combattants. «Notre préoccupation est d’autant plus grande que chaque camp a un contrôle clairement insuffisant des milices respectives. Quand la chaîne de commandement n’est pas solide, ce genre de situation débouche fréquemment sur des violences dont sont victimes les populations civiles», insiste le directeur des opérations du CICR. De plus, aux violences des milices s’ajoutent celles de bandes criminelles.

Les hostilités, qui touchent désormais tout le pays, ont poussé des dizaines de milliers de personnes à fuir les combats, notamment vers le Liberia. Le CICR a déjà porté assistance à quelque 20 000 personnes et secouru 1100 blessés. L’organisation humanitaire compte sur des familles d’accueil pour venir en aide aux déplacés. Le CICR a pour l’heure 280 collaborateurs sur place et compte augmenter les effectifs à 320 rapidement. Lundi, il a lancé un appel à ses donateurs à hauteur de 15 millions de francs supplémentaires pour la Côte d’Ivoire et de 5,5 millions pour le Liberia. C’est un doublement du budget alloué jusqu’ici.

Publicité