Israël

Ces «citoyens de seconde zone» qui pourraient faire tomber «Bibi»

Cibles de la droite israélienne qui les présente comme des traîtres, les Palestiniens détenant le passeport israélien sont poussés à s’abstenir de voter

Ils sont aujourd’hui 1,8 million, soit 20,95% de la population israélienne. Descendants des 250 000 Palestiniens restés dans l’Etat d’Israël après sa création en 1948, ils sont communément appelés «Arabes israéliens», ce qui ne leur convient pas toujours. «Cela peut insinuer que nous sommes venus du monde arabe en 1948, alors que notre lien à cette terre est bien plus ancien», relève Maha al-Naqib, une activiste politique dont la famille est établie depuis deux cent cinquante ans à Lod.

Lire aussi: Netanyahou divise le mini-Israël