Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La chancelière allemande Angela Merkel avec la ministre de l'Environnement Barbara Hendricks.
© Daniel Kopatsch/EPA

Allemagne

Clash politique à Berlin à cause du glyphosate

L’Allemagne a créé la surprise lundi à Bruxelles en votant oui à la prolongation de l’autorisation du glyphosate. Ses partenaires s’attendaient à l’abstention de la République fédérale. L’affaire menace les futures négociations entre Angela Merkel et les sociaux-démocrates en vue de former un gouvernement

Les sociaux-démocrates sont outrés. «Il s’agit d’une manœuvre sans précédent», s’offusque la cheffe du groupe parlementaire social-démocrate, Andrea Nahles, évoquant «une rupture de confiance massive». «Nous ressentons cela comme un lourd frein» aux discussions avec les conservateurs en vue de former le prochain gouvernement, a ajouté l’ancienne ministre de l’Economie, se demandant si «Madame Merkel a encore ses troupes sous contrôle».

Une influence décisive dans la décision de Bruxelles

L’objet du scandale est le vote surprise de l’Allemagne en faveur du glyphosate (cet herbicide puissant jugé cancérigène, produit par la firme américaine Monsanto, elle-même convoitée par l’allemand Bayer) à Bruxelles lundi. Les partenaires de la République fédérale avaient misé sur l’abstention de Berlin sur le sujet, comme pour chaque point de dissension entre la CDU et le SPD, chargés d’expédier les affaires courantes depuis les législatives du 24 septembre en l’absence d’un nouveau gouvernement.

La CDU-CSU était favorable à la prolongation de l’autorisation du désherbant au sein de l’Union européenne. Le SPD était contre. A Bruxelles, le ministre CSU de l’Agriculture, le Bavarois Christian Schmidt, a voté pour, à rebours de sa collègue de l’Environnement, la sociale-démocrate Barbara Hendricks. Le vote de l’Allemagne, étant donné le poids démographique du pays, a suffi lundi à faire basculer Bruxelles en faveur du glyphosate, contre toute attente.

La colère de la chancelière

Mardi, Angela Merkel tentait de limiter les dégâts, alors que les Verts et les libéraux critiquaient ces ministres qui «visiblement dansent au nez et à la barbe de la chancelière». «Cette décision n’était pas ce qui avait été convenu au sein du gouvernement. Même si, sur la question, je suis plus proche de la position de Christian Schmidt que de celle de Barbara Hendricks, une telle chose ne doit pas se reproduire», avertissait la chancelière, visiblement furieuse contre son ministre.

De fait, le faux pas de Christian Schmidt met en avant les limites du pouvoir d’Angela Merkel depuis le 24 septembre. Même si elle désirait sanctionner Christian Schmidt, ses pouvoirs limités de «chancelière chargée d’expédier les affaires courantes» ne lui permettraient pas d’exiger la démission du Bavarois. Une telle sanction serait de toute façon difficile à envisager sur le plan politique, tant est fragile la réconciliation des chrétiens-démocrates avec leurs alliés bavarois de la CSU sur le dossier des réfugiés.

À la recherche d'une nouvelle alliance

Incapable de s’allier avec les Verts et les libéraux, Angela Merkel tente depuis de sauver son poste en tricotant une nouvelle alliance avec les sociaux-démocrates. Mais la manœuvre s’annonce longue et compliquée. Aucune discussion ne pourra commencer avant le congrès du SPD, du 7 au 9 décembre, au cours duquel le président du parti, Martin Schulz, compte demander le soutien des délégués avant de s’engager dans des pourparlers avec la CDU. Le SPD «doit se mettre en ordre, et faire le tri parmi les personnalités à même de jouer un rôle de premier plan», estime un député CDU.

Même chose pour la CSU, en proie à une guerre de succession depuis la débâcle subie le 24 septembre en Bavière, et à la veille d’importantes élections régionales en 2018. Le président de la CSU et ministre-président du Land, Horst Seehofer, 68 ans, subit les coups de bélier de son ministre des Finances régionales, Markus Söder, 50 ans, soutenu par le mouvement des jeunes du parti.

Crainte d'une nouvelle débâcle électorale

Dans ce contexte tendu, Angela Merkel exhorte ses troupes au calme. «Il ne serait pas habile de se jeter mutuellement nos lignes rouges aux pieds, rappelle Julia Klöckner, l’une des étoiles montantes de la CDU. Lorsque le SPD se dit favorable à la suppression du système de sécurité sociale à deux vitesses, c’est naturellement quelque chose que nous ne pouvons pas accepter.» Le SPD s’était prononcé au cours des derniers jours en faveur d’un système de sécurité sociale unique, qui se traduirait par de considérables baisses de revenus pour les médecins.

La prochaine étape en vue de la formation d’un prochain gouvernement, au plus tôt début 2018, sera la rencontre jeudi entre Angela Merkel, Horst Seehofer et Martin Schulz dans le bureau du président de la République, Frank-Walter Steinmeier, qui joue un rôle central dans la sortie de crise. Le président est opposé à la tenue de nouvelles élections, qui pourraient profiter aux populistes de l’AfD. Dans sa tentative de mettre sur pied un nouveau gouvernement de Grande Coalition, le principal atout d’Angela Merkel est la crainte de ses députés, comme des parlementaires SPD, d’une nouvelle débâcle électorale si les deux partis ne parvenaient pas à s’entendre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a