Climat, climat, climat… à cinq mois des élections législatives, le thème est dans toutes les bouches en Allemagne, depuis une décision, surprenante, la semaine dernière, de la Cour constitutionnelle. Les juges de Karlsruhe ont en effet appelé les autorités du pays à améliorer leur «loi climat» d’ici à fin 2022. Ils estiment que les mesures votées en décembre ne vont pas assez loin et que cela portera préjudice aux «générations futures». Berlin souhaite atteindre la neutralité carbone en 2050 et limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°, voire 2°, d’ici à la fin du siècle, comme le prévoit l’Accord de Paris. Or les juges pointent l’absence de mesures après 2030, ce qui pourrait entraîner «de lourdes charges» pour les générations futures, forcées de réduire drastiquement leurs émissions de CO2. Des efforts qui pourraient nuire à leurs libertés.

Cette décision a surpris toutes les parties en présence, à commencer par les plaignants, dont la plupart sont de jeunes militants écologistes. «La protection du climat n’est pas quelque chose de «joli à voir». La protection du climat est un droit fondamental», s’est réjouie Luisa Neubauer, 25 ans, leader du mouvement Friday for future en Allemagne et plaignante dans ce dossier.