Depuis des années et contre toutes attentes, les deux ennemis, Cuba et les Etats-Unis négocient secrètement. Le professeur William LeoGrande a publié récemment un ouvrage qui n’est pas encore traduit, Back Channel to Cuba: The Hidden History of Negociations between Washington and Havana, qui fait la lumière sur un volet méconnu des relations entre les deux pays. En visite à Cuba au moment du double discours des présidents cubain et américain, hier, il décrit pour Le Temps l’atmosphère à La Havane.

Le Temps: Vous attendiez-vous à une telle annonce?

William LeoGrande: Il y avait beaucoup de rumeurs selon lesquelles une initiative était discutée, mais sa dimension historique est une surprise pour chacun.

– Quelles ont été les réactions à La Havane, où vous vous trouvez, à l’issue de ce double discours?

– Les gens se sont mis spontanément à applaudir, les cloches des églises se sont mises à sonner dans la rue.

– Un tel accord n’a pu aboutir sans d’intenses négociations de l’ombre. En savez-vous plus?

- Selon ce que j’en sais, elles ont lieu depuis des mois. Je suspectais que quelque chose se passait, mais sans avoir aucune preuve.

– Quelle est la prochaine étape? Barack Obama peut-il avancer sans l’accord du Congrès?

– Non car le vote du Congrès sera requis pour lever complètement l’embargo. Et cela est probablement hors de question, compte tenu de l’opposition affichée des Républicains à l’égard des dernières déclarations de Barack Obama sur Cuba.

– Pourquoi ce rapprochement politique a-t-il lieu maintenant? Quelles sont les raisons politiques?

– Barack Obama dit depuis des années que la politique américaine envers Cuba est un échec et qu’elle devrait changer. La tenue en avril prochain du Sommet des Amériques, où Cuba sera présent pour la première fois, a peut-être influencé l’agenda. En accélérant le rapprochement ce qui aurait été une question difficile devient un succès.

– Le président américain a remercié le pape, mais pour quel rôle au juste?

– Il semble qu’il ait appelé Barack Obama à prendre des mesures pour Cuba.