Les chefs militaires d’une vingtaine des pays de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI) se réunissent mardi à Washington, alors que les jihadistes ont pris position pour la première fois dans le centre de Kobané. Les plus hauts gradés américains et leurs homologues de 21 pays sont attendus à la base aérienne d’Andrews, près de la capitale fédérale, pour «discuter des efforts de la coalition dans la campagne actuelle contre l’EI», en présence de Barack Obama, a indiqué la présidence américaine. La Maison Blanche n’a pas précisé le programme de cette réunion sans précédent depuis la mise sur pied de la coalition. Un diplomate du département d’Etat américain a toutefois prévenu qu’il ne fallait pas s’attendre à des «annonces».

Dans la ville syrienne de Kobané, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les jihadistes de l’EI ont pu s’emparer lundi du centre culturel et s’installer pour la première fois dans le centre de cette localité qu’ils convoitent depuis le lancement le 16 septembre de leur grande offensive sur cette région kurde de la Syrie. «Auparavant, ils venaient de l’est, avançaient puis reculaient, mais cette fois ils se sont bien installés (au centre). Ils contrôlent désormais la moitié de la localité», a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.

De violents combats entre les combattants de l’EI et les forces kurdes ont par ailleurs eu lieu lundi dans les faubourgs nord de Kobané, à moins d’un kilomètre de la frontière entre la Syrie et la Turquie. Dans la troisième ville kurde de Syrie, la journée a aussi été marquée par trois explosions à la voiture piégée déclenchées par des kamikazes de l’EI, selon l’OSDH, qui n’était pas en mesure de fournir un bilan des victimes. Deux de ces explosions ont eu lieu au nord de Kobané dans une zone où un journaliste présent à la frontière turque a pu constater que les jihadistes avaient lancé une offensive.