L’Allemagne s’est dite, ce mercredi, favorable à de nouvelles sanctions de l’Union européenne contre la Biélorussie, a déclaré mercredi le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas. Ce dernier accuse le président Alexandre Loukachenko d’exploiter «sans scrupules» les migrants en les envoyant à la frontière avec la Pologne.

À peine sorti du centre commercial Galleria Minsk, l’un des plus grands de la capitale biélorusse, un jeune homme enfile des chaussures de randonnée qu’il vient juste d’acheter. Comme lui, des dizaines de migrants s’équipent: tentes, sacs de couchage, vêtements chauds, bouteilles d’eau et nourriture s’empilent dans la rue, en prévision d’un hypothétique passage de la frontière polonaise. Depuis quelques mois, Minsk est devenu l’avant-dernière étape du rêve européen, et Galleria, le point de rencontre de ceux qui y croient encore. À tel point qu’une affiche, rédigée en russe, en arabe et en anglais interdit aux «touristes» d’entrer avec leur sac à dos.