«Dites en Europe qu'on n'en peut plus, qu'on veut la liberté, dites-leur, je vous en prie», souffle un jeune homme qui s'éloigne rapidement, déjà repéré par deux agents en civil. Cet étudiant vient d'échapper aux arrestations qui ont suivi, vendredi matin, le rassemblement inattendu de quelque 3000 adversaires du régime islamique dans un parc de Téhéran. En pleine «semaine de l'Aurore», qui célèbre cette année le 22e anniversaire de la Révolution islamique, les agents de sécurité n'ont rien laissé au hasard: leurs caméras omniprésentes filment maintenant le visage de ce jeune homme, qui pourrait payer cher son furtif témoignage.

Selon d'autres participants interrogés par Le Figaro, le rassemblement a commencé vers 10 h 30, heure locale, au parc Mellat (nation), le long de la grande artère verticale de la capitale. Un jeune homme s'est alors adressé à la foule, exhibant une tenue de prisonnier. «Mort à la tyrannie, a-t-il crié. Il y a tant de jeunes innocents en prison.» La foule a répondu par des slogans contre le régime. La réaction des forces anti-émeutes ne s'est pas fait attendre: la foule a été dispersée à coups de matraques et de gaz lacrymogènes. On parle de 20 blessés et d'une centaine d'arrestations. La tâche des forces de l'ordre a été compliquée par la présence dans le parc de centaines de familles qui faisaient leur promenade du vendredi (jour férié musulman). On a vu des mères de famille sympathiser avec les protestataires et crier: «On est de votre côté, on n'a peur de personne, sauf de Dieu.»

La plupart des violences semblent être le fait des bassidji (milice de volontaires islamiques), arrivés dans le sillage de la police. Vers 13 heures, le calme a été rétabli dans un parc désormais saturé d'agents de sécurité équipés de caméras et de moyens de communication sophistiqués.

Selon différents témoignages, deux mouvements sont à l'origine de ce rassemblement-surprise: un groupe d'étudiants radicaux se réclamant de Hekmatollah Tabarzadi, un activiste détenu depuis les émeutes estudiantines de juillet 1999, et un groupe de nostalgiques du régime impérial ayant répondu à l'appel d'une radio monarchiste émettant en ondes courtes de Los Angeles.