La ville de Cologne sera la plus sûre d’Allemagne pour la St Sylvestre. C’est ce qu’ont assuré lundi matin la maire de la ville Henriette Recker et les représentants des forces de l’ordre en présentant leur dispositif de sécurité pour le Nouvel an 2016.

La cité des bords du Rhin avait connu l’an passé une vague inédite d’agressions sexuelles aux abords de la cathédrale lors des célébrations du réveillon de la nouvelle année. Plus d’un millier de jeunes femmes avaient été victimes d’agressions d’un genre alors inconnu dans le pays, pour la plupart à Cologne mais aussi dans d’autres grandes villes du pays comme Hambourg. Les victimes ont toutes décrit le même scénario: isolées de leur groupe d’amis, encerclées par une demi-douzaine d’hommes jeunes d’allure maghrébine, elles ont subi vols de porte-monnaie ou de téléphone portable et attouchements. Vingt-sept cas ont été qualifiés de viols par le Ministère public.

Système de vidéo-surveillance

«Nous avons tiré les conséquences des agressions choquantes de la St Sylvestre 2015», assure Henriette Recker (sans parti). Le dispositif adopté par la ville prévoit le décuplement des forces de police en centre-ville. Au lieu des 140 fonctionnaires déployés l’an passé, ce sont 1500 policiers qui assureront la sécurité des abords de la gare centrale. «Le public constatera la présence massive de la police à Cologne pour la St Silvestre 2016. Les gens pourront faire la fête en toute sécurité», assure le chef de la police de la ville, Jürgen Mathies. Six cents policiers municipaux et salariés d’entreprises de sécurité privées compléteront le dispositif, qui s’appuiera sur un renforcement du système de vidéo-surveillance.

La police assure déjà surveiller les réseaux sociaux pour éviter que, comme l’an passé, des groupes d’agresseurs se donnent rendez-vous à Cologne pour «s’amuser» avec les filles. Un bus d’aide aux victimes se déplacera pendant toute la nuit à travers les quartiers sensibles. Les jeunes filles qui se sentiraient importunées pourront à tout moment s’adresser à des équipes de travailleurs sociaux spécialement formés qui patrouilleront dans le centre-ville.

«Si quelqu’un a besoin d’aide, il en trouvera», promet la maire. Pétards et feux d’artifice – dont l’intensité sur le parvis de la gare avait affolé l’an passé bien des fêtards à la descente des trains régionaux – seront interdits aux abords de la cathédrale où un spectacle son et lumière permettra aux habitants de «se réapproprier» l’édifice.

Minces retombées judiciaires

Le scandale de la St Sylvestre 2015 à Cologne avait profondément choqué l’opinion allemande. Mille deux cent vingt-deux plaintes avaient été déposées rien qu’à Cologne dans les semaines suivant le 31 décembre et 410 à Hambourg. Les pouvoirs publics avaient été accusés d’avoir cherché à minimiser les faits pour ne pas accroître les ressentiments xénophobes, alors que l’Allemagne venait d’accueillir 900 000 réfugiés.

Un an après les faits, les retombées judiciaires de l’affaire semblent bien minces: 820 poursuites ont été engagées rien qu’à Cologne, mais seuls 333 accusés ont été formellement identifiés (dont 78 Algériens, 76 Marocains, 34 Irakiens, 25 Syriens, 8 Tunisiens et 6 Afghans ainsi que 22 Allemands); 87 se sont vus reprocher des cas d’agressions sexuelles, mais près de la moitié des 267 agressions imputées à ces 87 hommes ont dû être classées sans suite, faute de preuves suffisantes. Bien des agresseurs identifiés se sont tout simplement évanouis dans la nature. D’autres ne possèdent pas de papiers d’identité en règle. A ce jour, seul un mineur afghan a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour agression sexuelle contre une jeune femme de 19 ans à Hambourg.

Trente-cinq suspects ont par ailleurs été inculpés pour vols; 24 d’entre eux ont été jugés, condamnés pour la plupart à des peines de prison avec sursis. Seuls cinq prévenus ont été condamnés à une peine de prison ferme. Dans plusieurs cas, des réfugiés fraîchement arrivés en Allemagne avaient été retrouvés dans leur foyer d’hébergement d’urgence en possession de téléphones portables volés.