Colombie

La Colombie se rapproche d'une interdiction de l'amiante

Le Sénat a donné son feu vert à un projet de loi qui interdit ce matériau à partir de 2021. Le texte devrait être promulgué dans les prochains jours

Le parlement colombien a ouvert la voie lundi à l'interdiction de l'amiante. Cette fibre d'origine minérale très utilisée dans la construction mais hautement cancérigène tue, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des dizaines de milliers de personnes chaque année.

Après douze ans d'initiatives avortées, le Sénat a finalement donné son feu vert à un projet de loi qui interdit ce matériau à partir de 2021. Le texte, qui «décrète la prohibition» de l'amiante depuis son exploitation jusqu'à sa vente, y compris à l'exportation, devrait être promulgué par le président Ivan Duque dans les prochains jours.

«Tous les Colombiens, nous sommes exposés à cet ennemi silencieux, présent dans nos foyers, nos hôpitaux, nos écoles», a déclaré à l'Agence France-Presse (AFP) la sénatrice Nadia Blel, membre de la majorité présidentielle et initiatrice du projet. Le secteur industriel a exercé une «très forte pression» pour éviter cette interdiction bien qu'il dispose de «la technologie pour produire sans amiante», a-t-elle souligné.

En passe de devenir le 67e pays à interdire l'amiante

Le Sénat a voté ce projet de loi, déjà avalisé par la Chambre des représentants, par 79 voix pour et une contre. Le texte porte le nom d'Ana Cecilia Niño, l'une des victimes colombiennes de l'amiante, morte en 2017 d'une maladie associée au contact avec ce matériau.

Il prévoit d'importantes amendes pour les contrevenants et ordonne au gouvernement de recenser les personnes qui y ont été exposées afin de garantir leur suivi médical. Il donne aux autorités jusqu'à 2024 pour remplacer l'amiante, utilisée depuis des décennies dans la fabrication de toitures, de conduites d'eau et d'isolation de bâtiments, du fait de sa résistance à la chaleur et au feu.

La Colombie est ainsi en passe de devenir le 67e pays à interdire l'amiante, ce qu'en Amérique latine ont déjà fait l'Argentine, le Brésil, le Chili, le Honduras et le Paraguay, selon Nadia Bel. L'amiante a été interdite définitivement dans toute l'Union européenne en 2005. Plusieurs pays avaient pris les devants dans les années 90, dont la Suisse.

Selon l'OMS, plus de 107 000 personnes meurent chaque année dans le monde pour avoir été exposées à l'amiante sur leur lieu de travail. Inhalée, cette fibre cancérigène peut rester très longtemps dans les poumons jusqu'à provoquer la mort par maladie respiratoire.

Publicité