Etats-Unis

Dans le Colorado, une fusillade fait un mort et plusieurs blessés

La fusillade a eu lieu vers 14 heures dans un établissement de Highlands Ranch. Deux suspects, des jeunes scolarisés dans cette école, ont été interpellés

Un lycéen de 18 ans a trouvé la mort mardi lors d'une fusillade dans un établissement scolaire de la banlieue de Denver (ouest des Etats-Unis). Plusieurs blessés sont également à déplorer. 

«C'est avec une extrême tristesse que nous confirmons qu'un élève de l'école STEM de la ville de Highlands Ranch (Colorado), a été tué aujourd'hui», ont annoncé sur Twitter les services du shérif du comté de Douglas, sans communiquer de nouveau bilan. Plusieurs télévisions locales avaient indiqué peu avant qu'un des blessés était décédé.

Après le drame, le shérif Tony Spurlock avait indiqué que «huit élèves», tous âgés de quinze ans et plus, avaient été hospitalisés après avoir été «blessés par balle» lors de cette fusillade. Plusieurs des blessés se trouvaient dans un «état critique».

Une «réaction rapide des policiers»

La fusillade a éclaté peu avant 14 heures locales (22 heures en Suisse), un établissement accueillant quelque 1800 élèves de la maternelle à la terminale. Les premiers policiers sont arrivés «environ deux minutes» après avoir été alertés par l'école et «ils ont pris à partie les suspects», a précisé le shérif en conférence de presse, soulignant que cette «réaction rapide des policiers a contribué à sauver des vies». Des tirs avaient encore lieu lorsque les premiers policiers sont arrivés.

«Nous avons actuellement deux suspects en garde à vue. Je ne divulgue pas leurs noms à ce stade, nous vérifions leur âge. Nous croyons que l'un d'eux est un homme adulte, l'autre un mineur», a-t-il ajouté. «A notre connaissance, les deux suspects sont des élèves de l'école STEM. Ils ne sont pas blessés.»

Selon le shérif, les suspects, qui n'avaient fait l'objet d'aucun signalement préalable, ont agi dans deux zones distinctes de l'établissement. Mais «nous n'avons aucune information laissant penser qu'ils visaient quelqu'un en particulier», a-t-il ajouté.

Un témoin a indiqué que l'un d'eux était équipé d'une arme de poing, dit-on de même source sans pouvoir donner davantage de précision sur leur équipement, leur mode opératoire ni leurs motivations à ce stade de l'enquête, qui va impliquer de nombreux organismes fédéraux.

Un Etat qui porte les stigmates des tueries

L'école a été fermée et d'importantes forces de police déployées autour du site. Des mesures de sécurité ont été mises en place dans plusieurs écoles de la zone et les parents d'élèves fréquentant l'école STEM étaient invités à venir chercher leurs enfants à l'écart du campus touché par la fusillade.

«J'essaie juste de ne pas vomir ou pleurer», a lâché au journal Denver Post une maman attendant de retrouver son enfant dans le bâtiment désigné par les autorités. «C'est un calvaire pour les nerfs», a de son côté assuré Brian Jones, dont le fils Asher est en deuxième année d'école maternelle, et qui a dû attendre une heure avant de voir son fils sortir de sa classe avec ses camarades. «Il y avait beaucoup de parents et beaucoup d'enfants qui pleuraient.»

La Maison Blanche a indiqué que le président Donald Trump avait été informé et «continue de surveiller la situation en cours». «Tragiquement, cette communauté et celles qui l'entourent ne connaissent que trop bien ces horribles actes de violence motivés par la haine», a indiqué un porte-parole de l'exécutif, soulignant que la Maison Blanche était en contact avec les autorités locales.

Lire aussi: Il y a 20 ans, la tuerie de Columbine ébranlait les Etats-Unis

Le Colorado a été durablement marqué par une autre fusillade en milieu scolaire, la tuerie au lycée Columbine, également situé dans la banlieue de Denver. Le 20 avril 1999, deux élèves de l'établissement, âgés de 17 et 18 ans et lourdement armés, y avaient abattu en quelques minutes douze camarades et un professeur avant de se suicider dans la bibliothèque. Le bilan aurait été pire encore s'ils avaient réussi à faire détoner leurs bombes artisanales.

Publicité