Les rebelles syriens ont annoncé lundi soir le lancement d’une opération de grande envergure, baptisée «le volcan de Damas et les séismes de Syrie», alors que des affrontements violents ont éclaté dans plusieurs quartiers de la capitale.

Dans un communiqué publié lundi soir, le commandement conjoint de Homs et du conseil militaire de l’Armée syrienne libre (ASL) indique que son opération a démarré à 20H00 (19H00, heure suisse), «en réponse aux massacres et aux crimes barbares» commis par le régime du président Bachar al-Assad.

L’ASL a commencé à attaquer «toutes les stations et postes de sécurité dans les villes et dans les campagnes pour provoquer des combats violents (avec leurs forces) et les appeler à se rendre».

Le communiqué appelle «à encercler tous les points de contrôle policiers, militaires et shabiha (milices pro-régime) en Syrie et à les combattre violemment en vue de les éliminer».

L’ASL appelle aussi à couper toutes les routes internationales «depuis Alep (nord) jusqu’à Daraa (sud), et depuis Deir Ezzor (est) à Lattakia (côte ouest) et à s’emparer des voies d’approvisionnement».

Elle a également réitéré ses appels à la défection et annoncé qu’elle travaillait à la libération des prisonniers et détenus».

«Cibles légitimes»

L’ASL indique aussi qu’elle considère comme «cibles légitimes» tous les militaires étrangers sur le sol syrien et les alliés au régime syrien tels que le Hezbollah, la milice chiite libanaise, les Gardes révolutionnaires iraniens, les milices irakiennes et les factions palestiniennes pro-Assad.

Le communiqué décrit l’opération «le volcan de Damas et les séismes de Syrie» comme «la première étape stratégique pour amener la Syrie dans un état de complète et totale désobéissance civile».

Dans une interview avec l’AFP par Skype, le porte-parole du commandement conjoint de l’ASL Kassem Saadeddine a déclaré: «Si Dieu le veut, le communiqué peut être considéré comme une invitation à participer à la paralysie du réseau routier pour empêcher les mouvements des troupes du régime et permettre à l’ASL de se mouvoir librement».