Des combats ininterrompus

Les combats n’ont pas cessé en Ukraine, ni pendant, ni après le semblant d’accord arraché jeudi matin à Minsk. Quatorze civils et deux soldats ont été tués au cours des dernières 24 heures dans l’est du pays, ont annoncé séparément les autorités séparatistes et ukrainiennes.

Sur les 14 morts civils, sept ont été tués à Donetsk, le bastion des rebelles pro-russes, quatre dans différentes villes de la région séparatiste voisine de Lougansk et trois dans la localité d’Avdiïvka, tenue par l’armée ukrainienne.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les tirs d’artillerie et de lance-roquettes multiples Grad n’ont pas cessé à Donetsk, essentiellement à partir des zones contrôlées par les rebelles, a constaté un journaliste de l’Agence France-Presse.

Arrivée de renforts

Les autorités de Kiev ont par ailleurs affirmé qu’une cinquantaine de chars et d’autres équipements lourds avaient pénétré sur le territoire ukrainien depuis la Russie dans la nuit de mercredi à jeudi, soit toujours au cours du sommet de Minsk.

«Une cinquantaine de chars, 40 lance-roquettes multiples Grad, Ouragan et Smertch et autant de blindés ont traversé la frontière russo-ukrainienne au poste de contrôle d’Izvariné», dans la région séparatiste pro-russe de Lougansk, a déclaré un porte-parole de l’armée ukrainienne, Andriï Lyssenko, lors d’une conférence de presse.

«L’ennemi continue de renforcer ses positions sur les directions les plus dangereuses, a souligné l’officiel. «Directions» qu’il a précisées en citant le nord-est de la région de Lougansk et les alentours de Debaltseve, un nœud ferroviaire stratégique à mi-chemin entre les capitales séparatistes de Donetsk et Lougansk, où les troupes ukrainiennes sont quasiment encerclées.