L’essentiel

Quelques heures seulement avant la cérémonie d’ouverture, des scientifiques ont réclamé une vraie enquête sur le Covid à l’ouverture des Jeux de Pékin.

L’Europe est dans une situation de «cessez-le-feu qui pourrait nous apporter une paix durable», estime la branche européenne de l’Organisation mondiale de la santé.

Le continent africain doit «multiplier par six son taux de vaccination» pour espérer atteindre l’objectif de 70% de couverture vaccinale fixé fin juin, a estimé l’OMS.

Retrouvez notre suivi de la journée de jeudi.

■ L’emploi résiste à Omicron aux Etats-Unis

Le marché de l’emploi américain a contre toute attente résisté au variant Omicron en janvier. Il a même vu le retour de milliers de personnes qui avaient cessé de chercher un emploi. «La machine à emplois américaine avance, plus forte que jamais, soutenant une forte reprise et des opportunités pour les hommes et les femmes qui travaillent dur dans ce grand pays», a salué le président Joe Biden.

467 000 emplois ont été créés en janvier, annonce ce vendredi le département du Travail. C'est bien plus qu’attendu puisque les prévisions allaient de près de 200 000 emplois créés, pour les plus optimistes, à 300 000 emplois détruits, pour les plus pessimistes. Les rangs ont notamment grossi dans les secteurs des loisirs et de l’hôtellerie, des services aux entreprises, du commerce de détail ou encore du transport et de la logistique.

Le variant Omicron a fortement perturbé l’économie américaine à partir de la toute fin du mois de décembre. Les consommateurs ont évité d’aller au restaurant, au cinéma, ou ont reporté certains soins médicaux, tandis que de nombreux commerces ont réduit leurs heures d'ouverture.

De plus, six millions d'Américains et Américaines se sont trouvés dans l’incapacité de travailler à cause d’une fermeture de l’entreprise liée au Covid, soit le double du mois précédent.

■ Un test n’est plus obligatoire en Grèce pour les vaccinés européens

La Grèce n’exigera plus la présentation d'un test négatif de la part des détenteurs d’un certificat covid européen. «A partir du lundi 7 février, l’entrée sur le territoire de tous ceux possédant un certificat européen valide se fera sans test obligatoire», a ainsi déclaré le ministre de la santé, Thanos Plevris, à la télévision.

La Grèce emboîte le pas à de nombreux pays de l’Union Européenne qui assouplissent les restrictions sanitaires, dans l’objectif d’attirer les touristes pour atteindre 4,5% de croissance cette année. Cette décision vise à stimuler ce secteur, crucial pour l’économie grecque – le tourisme représente un quart de son PIB.

« Notre pays se prépare a accueillir les touristes estivaux à partir du 1er mars, plus tôt que jamais auparavant », souligne Vassilis Kikilias. Le ministre du Tourisme prévoit un «record inégalé» d’arrivées de croisières cette année, avec un premier navire attendu dimanche à Thessalonique.

■ Levée du télétravail: des entreprises suisses ne veulent pas se précipiter

Malgré les nouvelles mesures annoncées mercredi dernier par le Conseil fédéral, des grands groupes veulent gérer le retour au bureau de leurs employés avec prudence. C’est ce qu’indique un sondage mené par l’agence de presse économique et financière AWP.

La plupart des entreprises interrogées ne considèrent pas les récentes décisions du gouvernement comme une incitation à faire revenir les employés rapidement, à l’instar de Swisscom.

A ce propos: Retour au bureau, mode d’emploi

«Même si l’obligation de télétravail n’est plus en vigueur, nous continuons à recommander à nos collaborateurs de travailler à domicile», déclare le géant des télécoms dans une prise de position écrite.

■ «Partygate»: Boris Johnson peine à reprendre la main pour sauver son poste

«Que le dernier éteigne la lumière». La Une du Daily Mail de ce vendredi illustre l’impression de naufrage qui règne à Downing Street: en 24 heures cinq conseillers importants sont partis. Etrillé par le pré-rapport de la haute fonctionnaire Sue Gray, qui a souligné des «erreurs de leadership et de jugement» dans le scandale des fêtes à répétition durant le confinement, le premier ministre britannique Boris Johnson avait promis des changements après s’être excusé devant le Parlement en début de semaine.

Sur ce sujet: La presse britannique s’agite pour le «jour J» de Boris Johnson

Mais ceux-ci ne sont peut-être pas survenus comme il l’entendait. Boris Johnson a ainsi vu partir jeudi son influente conseillère Munira Mirza, responsable des politiques à Downing Street, qui travaillait pour lui depuis 14 ans. Ce départ a été suivi par celui du chef de la communication Jack Doyle, qui aurait participé à une des fêtes incriminées.

Dans la soirée, Downing Street a également annoncé la démission de Martin Reynolds, le secrétaire en chef de Boris Johnson qui avait envoyé un mail à une centaine de personnes pour les inviter à un pot en mai 2020, ainsi que celle de son chef de cabinet Dan Rosenfield. Une cinquième démission a suivi vendredi matin.

Lire aussi: Le «Partygate» met Boris Johnson en délicatesse avec tout le monde

«Downing Street est en plein chaos», estime le politologue Jon Tonge, de l’université de Liverpool. «Chaque fois» que Boris Johnson «essaie de restaurer l’ordre, de nouveaux problèmes surviennent».

■ En Suisse, une commission en faveur d’une levée des mesures en deux étapes

Le Conseil fédéral a mis en consultation mercredi deux options pour assouplir les mesures sanitaires. Dans la première, il propose la fin de presque toutes les restrictions en un coup, dès le 17 février. La deuxième implique une levée en deux temps: le certificat tomberait dans les restaurants et lieux culturels, les rencontres privées ne seraient plus restreintes dès le 17 février et des assouplissements seraient aussi prévus pour les piscines, les boîtes de nuit et les grandes manifestations en extérieur. Les mesures restantes seraient supprimées ultérieurement.

C’est cette deuxième option que la commission de la santé publique du National a préférée par 12 voix contre 10 et 3 abstentions, indiquent ce vendredi les services du Parlement. Elle invite toutefois le Conseil fédéral, par 11 voix contre 10 et 3 abstentions, à maintenir pour le moment l’obligation de porter un masque dans les transports publics, les établissements médico-sociaux et les hôpitaux, vu la très forte circulation du virus.

Par 15 voix contre 6, la commission approuve également une motion d’Eva Herzog (PS/BS) visant à garantir la liberté de voyager des frontaliers et des habitants vivant dans ces régions, même en temps de pandémie. La loi sur les épidémies doit être modifiée à cet effet.

■ Première hausse du chômage en neuf mois au Canada

Le Canada a perdu en janvier 200 000 emplois, tandis que le taux de chômage a légèrement augmenté pour s’établir à 6,5% (+ 0,5 point. Pour Statistique Canada, ce sont des conséquences directes de la vague Omicron.

Pour la première fois depuis la troisième vague en avril 2021, le taux de chômage a augmenté au Canada, pays de quelque 38 millions d’habitants qui comptait en janvier un total de 1,34 million de chômeurs. Ce mois-ci, la plupart des provinces canadiennes ont réinstauré un confinement et de nombreuses entreprises et services ont dû fermer. Ce sont les travailleurs des secteurs de l’hébergement et de la restauration qui ont été les plus durement touchés, note l’institut de la statistique canadien dans son communiqué.

Les jeunes de 15 à 24 ans ont été les plus affectés. L’emploi a reculé chez les femmes, alors que «le travail à temps plein et le travail à temps partiel sont demeurés stables» pour les hommes, indique l’organisme. Le mois de janvier a également été marqué par des absences pour maladie «qui ont atteint des niveaux records», ajoute-t-il. Pour la semaine du 9 au 15 janvier, «un employé sur dix était absent de son emploi pour la totalité ou une partie de la semaine».

■ En Autriche, promulgation de la loi sur la vaccination obligatoire

Le président autrichien a promulgué vendredi la loi sur la vaccination obligatoire contre le coronavirus, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dimanche, une mesure inédite au sein de l’Union européenne (UE). Le parlement autrichien avait adopté le texte le 20 janvier à une large majorité, seule l’extrême droite votant contre.

L’ensemble des résidents de plus de 18 ans dans ce pays de 8,9 millions d’habitants sont concernés, à l’exception des femmes enceintes, de ceux qui ont contracté le virus il y a moins de 180 jours et enfin de ceux qui peuvent se faire exempter pour raisons médicales.

Lire aussi: Six questions sur la vaccination obligatoire en Autriche, une première en Europe

Les contrôles ne débuteront que mi-mars: des sanctions pourront alors être appliquées, pour un montant variant de 600 à 3600 euros mais elles seront levées si le contrevenant se fait vacciner dans les deux semaines.

■ En Suisse, 33 386 nouveaux cas en 24 heures

La Suisse compte vendredi 33 386 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 18 décès supplémentaires et 167 malades ont été hospitalisés.

L’indice de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, était de 0,97 il y a environ dix jours. 684 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Le taux d’occupation est actuellement de 78,90% dans ces unités. 22,70% des places disponibles sont occupées par des patients Covid-19.

68,38% de la population en Suisse est désormais entièrement vaccinée. 1,67% supplémentaire a reçu une première dose. 77,75% de la population âgée de 12 ans et plus est vaccinée. En outre, 39,99% de la population totale et 74,72% des personnes âgées de 65 ans et plus ont reçu une dose de rappel.

■ L’Espagne abandonnera mardi l’obligation du port du masque en extérieur

La mesure avait été réinstaurée fin décembre face à la vague de cas de Covid-19 provoquée par le variant Omicron. Le gouvernement de Pedro Sanchez va adopter lors du conseil des ministres de mardi un décret supprimant l’obligation de l’usage du masque en extérieur, selon des propos à la radio de la ministre espagnole de la Santé ce matin: «Tous les indicateurs» sanitaires «sont en train de s’améliorer, notamment le taux d’occupation» dans les hôpitaux et le taux d’incidence de cas.

■ La contestation contre les mesures sanitaires se poursuit au Canada

Le premier ministre canadien Justin Trudeau écarte la possibilité d’envoyer l’armée pour déloger les camionneurs qui s’opposent aux mesures sanitaires, et occupent depuis plusieurs jours la capitale fédérale Ottawa.

«Il n’est pas question pour l’instant d’envoyer l’armée», a déclaré le premier ministre canadien (actuellement à l’isolement), estimant qu’il fallait être «très, très prudent avant de déployer l’armée quand des citoyens canadiens sont impliqués».

«Notre départ se fera quand le premier ministre fera la bonne chose et mettra fin à toutes les obligations et restrictions», a déclaré en conférence de presse jeudi Tamara Lich, l’une des leaders du mouvement parti de l’ouest du pays.

■ Une biotech produit le premier vaccin à ARN messager en Afrique

Une société de biotechnologie sud-africaine a annoncé avoir fabriqué le premier vaccin à ARN messager contre le Covid-19 sur le continent africain, à l’aide du séquençage de Moderna, et qu’il serait prêt pour les essais cliniques en novembre.

La société Afrigen Biologics and Vaccines est basée au Cap, en Afrique du Sud, et dirige le projet pilote, soutenu par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’initiative Covax. Les tests sur les animaux commenceront le mois prochain «mais les études sur les humains ne débuteront que vers novembre 2022», a précisé la directrice générale d’Afrigen, Petro Terblanche.