Les historiens se méfient des légendes. Mais dans le cas de John McCain, le défunt sénateur de l’Arizona, la «grandeur» de la démocratie américaine était bien au rendez-vous, le 4 novembre 2008. Ce jour-là, Barack Obama, premier président noir des Etats Unis, l’emporte avec plus de 10 millions de voix d’avance, et 365 grands électeurs contre 173. McCain, ténor du Parti républicain au Sénat et ancien prisonnier dans une geôle vietnamienne, choisit alors de donner une leçon que près de 20 millions d’Américains ont de nouveau regardée ces jours-ci.

Lire aussi: Ce que Donald Trump peut encore faire jusqu’au 20 janvier