L'infamante condamnation pour pédophilie du cardinal George Pell repose sur «l'accumulation d'invraisemblances», a plaidé mercredi son avocat Bret Walker devant la plus haute juridiction australienne, qui examine l'ultime recours d'un prélat naguère parmi les plus puissants du Vatican.

L'ex-secrétaire à l'Economie du Saint-Siège, âgé de 78 ans, avait écopé en mars 2019 de six ans de prison pour des violences sexuelles commis sur deux adolescents en 1996 et 1997 dans la cathédrale de Melbourne (sud-est) dont il était l'archevêque. Débouté en août par la Cour suprême de l'Etat de Victoria, il a formé un ultime recours devant la Haute Cour d'Australie à Canberra.

En dépit de son absence à l'audience qui s'est ouverte mercredi, un nombre important de ses soutiens était rassemblé près de la Haute Cour, agitant des drapeaux australiens. «Gardez la foi, Cardinal Pell», pouvait-on lire sur une banderole.

Lire aussi: La Haute cour d'Australie déclare recevable le recours du cardinal Pell

C'est par deux voix contre une que la Cour suprême de Victoria avait rejeté l'appel du cardinal, qui a toujours clamé son innocence. Et cette voix discordante d'un des trois magistrats est au coeur de la stratégie de défense de l'ancien archevêque de Melbourne et Sydney.

«Un renversement de la charge de la preuve»

La deuxième victime du prélat est décédée en 2014 d'une overdose, sans jamais avoir fait état de l'agression. Bret Walker a notamment cité «les accusations choquantes» selon lesquelles les agressions auraient été commises dans une cathédrale bondée et dans un autre lieu public, ce qui «tranche singulièrement» avec le schéma classique des violences sexuelles commis généralement dans des endroits «cachés».

L'avocat a dit prendre acte du fait que le jury de première instance et les magistrats en appel aient accepté le témoignage de la victime. Mais il a avancé que cela ne pouvait «pas éliminer» le doute raisonnable qui doit bénéficier à l'accusé. Il a observé que la victime contredisait par son récit des témoins selon lesquels l'archevêque se trouvait dehors avec des paroissiens au moment où une des agressions aurait été commise.

Lire aussi: La condamnation du cardinal Pell pour pédophilie confirmée

Sur le terrain du droit, le conseil du cardinal a dénoncé avec force l'exigence des magistrats, en appel, d'établir l'innocence de l'accusé, alors que la loi prévoit que la défense puisse simplement pointer les doutes suscités par l'accusation. «Cela revient à un renversement de la charge de la preuve et, ce qui est encore plus grave, à une négation de la protection essentielle due au nom du principe de l'établissement de la preuve au-delà de tout doute raisonnable», a-t-il dit.

Plusieurs issues possibles

Dans ses conclusions écrites, l'accusation avait qualifié les arguments de la défense de «problématiques», en l'accusant de «gloser sur des preuves».

C'est une formation de sept magistrats présidée par la plus haute magistrate d'Australie, Susan Kiefel, qui aura à se prononcer à l'issue de deux journées d'audience. Plusieurs options sont possibles: un rejet d'emblée du pourvoi, une décision dans plusieurs mois, un renvoi devant la Cour suprême du Victoria...