La commission de gestion du National veut examiner la conduite du Conseil fédéral dans l’affaire Kadhafi. «Nous avons constaté que le gouvernement ne coopère pas suffisamment dans les dossiers sensibles», a déclaré son président Pierre-François Veillon.

La commission de gestion du Conseil national veut savoir exactement comment le Conseil fédéral s’est comporté et comment la collaboration a fonctionné, a dit M.Veillon, confirmant une information parue dans le «Tages Anzeiger». La commission n’entend pas s’ériger en juge, mais montrer les potentiels d’amélioration.

La commission a déjà observé une collaboration lacunaire au sein du collège gouvernemental dans l’affaire Tinner et lors de la crise de l’UBS.

L’enquête sur l’affaire Kadhafi ne débutera qu’une fois que les deux otages suisses retenus en Libye seront revenus en Suisse. La commission commencera son travail seulement quand le Conseil fédéral aura résolu le problème, a précisé Pierre-François Veillon.