Genève internationale

Le conflit qui divise Chypre expliqué en trois minutes

Les pourparlers entre Chypriotes grecs et turcs se poursuivent au Palais des Nations, à Genève, pour faire tomber le mur qui coupe Nicosie en deux. Le conflit entre les deux communautés a commencé lors de la décolonisation

La partition de l’île résulte en partie d’un processus de décolonisation raté.

Chypre était peuplée de Grecs jusqu’à ce qu’une minorité turque s’installe sous l’occupation ottomane dès le XVIe siècle. Les deux communautés sont réparties sur toute l’île et cohabitent pacifiquement. Après la Première Guerre mondiale, l’île devient une colonie britannique. Emerge alors un désir d’autodétermination qui s’exprime de deux manières différentes: les Chypriotes grecs souhaitent être rattachés à la Grèce, tandis que la minorité turque veut une partition de l’île.

Lire aussi: Une paix chypriote pérenne, l’espoir de Genève

Les Britanniques répriment le souhait de rapprochement avec la Grèce et recrutent pour cela des Chypriotes turcs dans les forces de l’ordre. Dans les années 1950, ils créent une Constitution qui donne 30% des sièges au parlement à la minorité turque qui représente 18% de la population. Le conflit contre l’occupation glisse vers un conflit intercommunautaire et des violences éclatent.

Le Nord trois fois plus pauvre

L’indépendance de l’île est proclamée en 1960. Le président est grec et le vice-président, turc. En 1964, l’ONU envoie sur place une force de maintien de la paix pour lutter contre les violences intercommunautaires qui se poursuivent. Dix ans plus tard, le régime des colonels au pouvoir en Grèce fomente un coup d’Etat afin d’annexer l’île. Des soldats turcs débarquent alors dans le nord. Ils créent la République Turque de Chypre du Nord (38% du territoire), reconnue uniquement par la Turquie, soumise à un embargo et trois fois plus pauvre que le sud de l’île. Les Chypriotes grecs réfugiés dans le sud sont expropriés. Ces expropriations et l’indemnisation des déplacés sont l’un des points les plus difficiles à résoudre pour la réunification de l’île. Un autre étant la présence de l’armée turque.

Aujourd’hui, la République de Chypre est membre de l’Union européenne et vit principalement du tourisme. Des gisements de gaz ont également été découverts. Le Royaume-Uni a conservé deux bases militaires sur l’île.

L’occupation du nord de l’île par la Turquie est l’un des points qui freine son adhésion à l’Union européenne.

Publicité