Le Conseil des droits de l’homme recommande de suspendre la Libye

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté vendredi une résolution réclamant la suspension de la Libye de ses rangs ainsi qu’une enquête indépendante sur les violations commises par le régime de Mouammar Kadhafi.

La résolution proposée par l’Union européenne à l’origine de la 15ème session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme sur la Libye, a été adoptée par consensus des 47 membres du Conseil basé à Genève.

Pour la première fois de son histoire, le Conseil se prononçait sur la situation d’un de ses membres dont il a également réclamé pour la première fois la suspension. La Libye est membre de l’organisation depuis mai 2010.

La résolution du Conseil fait office de recommandation. La décision finale revient à l’Assemblée générale de l’ONU dont la prochaine réunion est prévue le 1er mars à New-York.

Le texte demande également qu’«une commission d’enquête indépendante conduite» par l’ONU se rende sur le terrain pour recenser ces violences qui pourraient être assimilées à «des crimes contre l’humanité».

■ Kadhafi s’adresse à la foule

Mouammar Kadhafi a invité ses partisans à «se battre» pour «vaincre» les protestataires assurant qu’il leur ouvrirait les dépôts d’armes s’il le fallait, au 11e jour de révolte dans son pays, selon des images diffusées par la télévision d’Etat. Un bandeau sur la télévision d’Etat affirmait «en direct».

«Préparez-vous à défendre la Libye (...) Nous allons nous battre et nous les vaincrons», a lancé Mouammar Kadhafi à plusieurs centaines de ses partisans, à la tombée de la nuit. «S’il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d’armes pour armer tout le peuple», a-t-il ajouté, depuis les remparts du fort ottoman qui surplombe la place Verte. «Nous sommes prêts à faire face à toute offensive, je suis venu ici pour vous saluer et saluer votre courage, nous allons leur répondre», a-t-il encore dit.

«Je ne suis ni président ni roi, je n’ai aucune fonction mais ce peuple m’aime», a assuré le dirigeant libyen, un micro à la main, portant une chapka et un manteau noir. «Regarde Europe, regardez Etats-Unis, le leader est au milieu du peuple», a-t-il lancé. «La vie sans dignité n’a aucune valeur, la vie sans drapeaux verts n’a aucune valeur», a-t-il dit, ajoutant : «Chantez, dansez et préparez-vous».

Alors que le «Guide» brandissait régulièrement le poing vers la foule, ses partisans agitaient le drapeau vert de la Libye et brandissaient des portraits du colonel Kadhafi. Ils scandaient «N’ayez pas peur pour la Libye, tant que Kadhafi s’y trouve» et «Dieu, Mouammar, Libye et c’est tout».

«Vous aimez la Libye, vous aimez le leader, donc défendez-les», avait déclaré auparavant un pro-Kadhafi dans un haut-parleur. «Nous avons des chaînes satellitaires étrangères avec nous. Montrez-leur que nous aimons Mouammar Kadhafi», a-t-il ajouté.

■ Coup de théâtre au Conseil des droits de l’homme

Un représentant de la Libye a pris la parole pour saluer les victimes de la révolution en Libye. Il a demandé à tous les pays de se lever pour saluer «la mémoire des martyrs». Le diplomate a affirmé que la mission libyenne à Genève représente désormais le peuple libyen, une intervention vivement applaudie.

L’UE se met d’accord pour geler les avoirs et décrète un embargo sur les ventes d’armes

L’UE a trouvé un accord vendredi pour décréter un embargo sur les ventes d’armes et de matériel de répression, ainsi que des gels d’avoirs et des interdictions de visas à l’encontre de Mouammar Kadhafi et de ses proches, selon des sources diplomatiques.

Le détail des mesures doit encore être finalisé par les experts de l’Union européenne très prochainement. Selon une source gouvernementale allemande, les sanctions pourraient entrer en vigueur «dès le début de la semaine prochaine».

L’UE s’est mise d’accord sur des gels d’avoirs, des interdictions de visa à l’encontre des auteurs de la répression violente du mouvement de contestation du régime de Mouammar Kadhafi, mais la liste précise des personnes visées doit encore être élaborée.

Les 27 ont également décidé de décréter un embargo sur les armes, ainsi qu’un embargo sur le matériel pouvant servir à réprimer des manifestations, ont précisé ces sources.

■ Des miliciens en civil tirent sur les manifestants

Au moins deux manifestants ont été tués vendredi par des «miliciens» pro-régime dans le quartier populaire de Fachloum dans l’est de Tripoli, a indiqué à l’AFP un témoin joint par téléphone. «Des miliciens en civil continuent à tirer sur les manifestants», a indiqué ce témoin sous couvert de l’anonymat. «Il y a beaucoup de gens dans la rue. Il y aura un massacre», a-t-il encore ajouté. La télévision libyenne, citant des sources médicales, a néanmoins démenti des morts à Tripoli.

Des coups de feu ont été par ailleurs entendus dans les quartiers de Siyahia et Janzour, limitrophes, où des manifestations anti-régime ont été signalées, selon des habitants de ces quartiers. Une vidéo amateur diffusée sur Al-Jazira montraient des manifestants place d’Algérie, devant la mosquée de Jamal Abdelnasser, au coeur de la capitale, scandant «il n’y pas d’autre dieu que dieu et Mahomet est son messager».

■ «Jusqu’à la mort»

La famille Kadhafi restera en Libye jusqu’à la mort, a assuré un des fils du colonel Kadhafi, Saïf al-Islam, interrogé sur CNN-Turk. «Le plan A est de vivre et mourir en Libye, le plan B est de vivre et mourir en Libye, le plan C est de vivre et mourir en Libye», a-t-il insisté.

Pas indispensable de réunir l’OTAN, selon Paris

La France «ne voit pas la nécessité d’une réunion du Conseil de l’OTAN sur la Libye, souhaitée par son secrétaire général Anders Fogh Rasmussen», a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bernard Valero.

«Il est de la compétence du secrétaire général de l’OTAN de décider d’une réunion. La France, qui a déjà saisi le conseil de sécurité de l’ONU, ne voit pas la nécessité d’une réunion du Conseil de l’OTAN sur la Libye», a déclaré à la presse le porte-parole.

13H30. Démission en France de responsables libyens Les ambassadeurs de Libye en France et à l’Unesco ont annoncé vendredi qu’ils démissionnaient pour condamner «les actes de répression en Libye» et qu’ils «rejoignaient la révolution» contre le colonel Mouammar Kadhafi, dans une déclaration devant l’ambassade. ■ Vers une réponse militaire? Les décisions formelles manquent encore. Mais l’activation des capacités militaires est engagée. Les ministres de la Défense de l’UE sont réunis en Hongrie aujourd’hui. Une réunion d’urgence de l’OTAN aura lieu cet après-midi à Bruxelles. Lire: L’UE et l’OTAN se préparent bien à réagir avec des moyens militaires12H00. L’appro visionnement en nourriture est en danger Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a averti vendredi que la chaîne d’approvisionnement en nourriture en Libye «était en danger de s’effondrer», alors que les organisations humanitaires craignent que de nombreuses personnes soient dans l’incapacité de fuir le pays. «La Libye importe pratiquement tous ses vivres et la chaîne d’approvisionnement est sur le point de s’effondrer», a indiqué la porte-parole du PAM Emilia Casella, lors d’un point de presse, précisant que les importations alimentaires n’arrivaient plus dans les ports et que la distribution en était compromise en raison des violences.

Par ailleurs, une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué que de nombreuses personnes voulant quitter le pays étaient prises au piège et ne pouvaient partir. ■ 10H30. Le point sur les armes Lire: Comment l’Europe a armé Kadhafi10H00. L’UE agira aussi vite que possible «Il est temps d’envisager ce que nous appelons des mesures restrictives (ndlr: visant les dirigeants libyens) afin que nous fassions tout notre possible pour mettre la pression maximale et essayer d’arrêter la violence en Libye et permettre au pays d’avancer», a déclaré la cheffe de la diplomatie européenne Catherine Ashton, à son arrivée à une réunion des ministres de la Défense de l’UE. Mme Ashton a indiqué que «c’est ce dont les ministres» ainsi que les représentants des 28 pays membres au Comité politique et de sécurité (COPS) également présents à Gödölo (à 30 km à l’est de Budapest) «allaient discuter dès que possible». La haute représentante de l’UE a cependant précisé que par «mesures restrictives» elle entendait bien des sanctions du genre «restrictions sur les voyages, gel des biens» frappant les responsables libyens et que «personne jusqu’à présent ne parlait d’une action militaire» contre la Libye. ■ 9H00. Nouvelles sanctions proposées au Conseil de sécurité de l’ONU Paris et Londres ont proposé au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution sur la Libye prévoyant «un embargo total sur les armes», «des sanctions», et une «saisine de la CPI pour crime contre l’humanité», a déclaré la chef de la diplomatie française Michèle Alliot-Marie. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir vendredi à 15h00, heure de New York (21h00 heure suisse), a rappelé la ministre française à la radio publique France Info. «Il y a un projet franco-britannique dans lequel nous avons demandé que la résolution prévoie un embargo total sur les armes, prévoie d’autre part des sanctions et la saisine de la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité», a déclaré Michèle Alliot-Marie. «La situation est très grave, il faut absolument que la CPI soit aussi saisie, c’est un signal très fort à donner», a-t-elle ajouté, précisant qu’il y avait «plusieurs centaines de morts» mais pas de certitude sur le bilan de la répression de l’insurrection en Libye. ■ 8H30. Le secrétaire général de l’Otan appelle à une réunion d’urgence sur la Libye ■ Vers une résolution excluant la Libye du Conseil des droits de l’homme de l’ONU Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU se réunit vendredi pour une session extraordinaire sur la Libye destinée à adopter une résolution réclamant la suspension du pays de l’organisation, dont elle est membre depuis mai 2010 seulement, ainsi qu’une enquête indépendante sur les violations commises lors de la répression. Cette initiative européenne a été appuyée par de nombreux membres du Conseil dont les Etats-Unis, la Suisse, la Turquie, le Japon, l’Argentine ou encore le Brésil. Jeudi, la France a fait monter la pression en estimant qu’il y avait des «éléments précis et concordants pour une enquête pour crimes contre l’humanité» dans le pays, évoquant un bilan non confirmé supérieur à 1000 morts. Paris a également dit souhaiter une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. Celle-ci aura lieu ce vendredi après-midi, heure suisse. Lire: Session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et aussi: Manœuvres européennes L’exode s’accélère L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a estimé au total à plus de 30’000 le nombre de personnes ayant fui la Libye depuis lundi, essentiellement des Tunisiens et des Egyptiens. L’Union européenne a décidé de mettre en commun ses moyens pour rapatrier ses ressortissants, tous les pays tentent de faire rentrer leurs nationaux en sécurité. Lire: L’exode s’accélère Et aussi: Les migrants de Libye, une démographie métisséePortrait du colonel Kadhafi par quelqu’un qui l’a très bien connu: l’ancien ambassadeur et journaliste français Eric Rouleau, qui l’a rencontré des dizaines de fois. «Entêté, sans scrupule, violent et mégalomane» Reportage Un récit terrifiant de ce qui se voit à l’hôpital de Benghazi: Benghazi dans l’épicentre de la souffrance