L’essentiel

Le Conseil fédéral a annoncé ce mercredi de nouvelles mesures, sans aller à un nouveau semi-confinement comme au printemps. Parmi les décisions, prises de concert avec les cantons, l'imposition du masque dans la rue sauf si l'espace est suffisant, l'interdiction des manifestations de plus de 50 personnes, la fermeture des restaurants à 23h, la fermeture complètes des boîtes de nuit, le passage des universités au téléenseignement...

Nos articles du jour

L’OFSP a comptabilisé ce jour 8616 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, une hausse sensible par rapport aux précédents jours.

En France, le président Emmanuel Macron a décrété ce qu'il a qualifié de «nouveau confinement»: comme au printemps, mais avec des écoles toujours ouvertes, et des visites autorisées dans les maisons de retraite.

Retrouvez  notre suivi de la journée d’hier


■ Les bourses ont plongé

Les places boursières européennes ont clôturé sur de lourdes baisses ce mercredi, tandis que Wall Street poursuivait son plongeon, note l'AFP, que nous complétons.

A la clôture, la Bourse de Paris a abandonné 3,37%, Francfort 4,17%, Londres 2,55% et Milan 4,06%. Le SMI a cédé 2,72%.

A la mi-séance à New York, vers 18h, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 2,98%, le Nasdaq 3,15% et l'indice élargi S&P 500 près de 2,93%.


■ Emmanuel Macron: «Nous sommes submergés par une deuxième vague qui sera plus meurtrière que la première»

Le président français a tenu sa nouvelle adresse à la nation à propos du covid. Il a annoncé un «nouveau confinement»: «Vous pourrez sortir de chez vous, uniquement pour travailler, vous rendre à un rendez-vous médical ou faire vos courses essentielles». Pour le reste, «c'est le retour de l'attestation».

Les magasins non-alimentaires, les restaurants et cafés, les musées, cinémas et théâtres seront fermés. Les universités de même, le téléenseignement sera généralisé.

Les écoles resteront ouvertes. Les usines, les exploitations agricoles aussi. Le télétravail sera à nouveau imposé tant que faire se peut, et les services publics devraient être garantis. Contrairement au printemps – mesure qui avait déchaîné les passions en France –, les visites dans les maisons de retraite seront admises.

Emmanuel Macron a déclaré un objectif de réduction des nouvelles contaminations de 40 000 par jours à 5000. Dans un propos rapide, il a laissé entendre qu'un premier bilan sera établi dans deux semaines.

Les mesures sont prévues pour une entrée en vigueur presque immédiate – le gouvernement donnera les détails demain –, mais sur le plan des limitations de déplacements, un délai est octroyé. La France est en vacances de la Toussaint.

Avant l'allocution du président, à 17h, l'agence AFP relevait que «le cumul des bouchons en Ile-de-France était exceptionnellement élevé avec plus de 335 km enregistrés, deux fois plus que la normale».


■ Les milieux culturels abasourdis par la limite des 50 personnes

Les milieux du spectacle sont sonnés par la limitation des manifestations à 50 personnes.

L'agence ATS a joint Matthieu Obrist, président d'Artos, l'association professionnelle des techniciens et des administratifs dans le secteur culturel: «Un spectacle avec 50 personnes pour la plupart des productions, ce n'est pas envisageable.» «On était déjà inquiets quand les autorités ont arrêté les jauges à mille personnes, mais là à 50 personnes et sans date de fin, autant dire que l'on ne peut rien faire, a-t-il poursuivi. On va au devant d'heures sombres pour notre profession.»

Anya della Croce de l'association Petzi, la faîtière suisse des festivals et des salles de concert de musiques actuelles, qui compte plus de 200 membres comme les Docks à Lausanne, le Fri-Son à Fribourg ou le festival de films et de musique, le LUFF, renchérit: «La limitation à 50 personnes, staff et artistes compris si je comprends bien, ne permet à aucune structure d'être économiquement viable aujourd'hui et de donner du sens aux activités culturelles qui sont proposées. Cela équivaut de facto à une fermeture.»

Notre article: Le difficile couperet des 50 spectateurs 


■ L'Allemagne ferme ses restaurants pour un mois, les matches à huis-clos

L'Allemagne a décidé mercredi d'une nouvelle série de restrictions face à la progression du nouveau coronavirus, indique l'AFP. Le pays impose un mois de fermeture aux secteurs de la gastronomie, de la culture et des loisirs.

Ces mesures, qui entreront en vigueur lundi et dureront jusqu'à la fin du mois de novembre, limiteront également à 10 personnes issues de deux foyers les participants à des réunions privées.


■ Les réactions politiques: applaudissements à gauche, réserve du PLR

Les Verts et le Parti socialiste approuvent les mesures annoncées mercredi par le Conseil fédéral, note l'agence ATS.

Le PS salue les restrictions sanitaires mises en place ce mercredi. Il n'a cependant aucune compréhension pour l'hésitation de ce dernier en ce qui concerne les mesures de compensation économiques urgentes et appropriées «pour assurer la survie des PME touchées par la crise».

Le PLR soutient clairement les mesures annoncées, «bien qu'elles se rapprochent du seuil acceptable pour les libéraux», alors que le port du masque à l'extérieur «le dépasse largement». Le Conseil fédéral doit par ailleurs rapidement progresser en ce qui concerne les mesures de soutien aux entreprises et aux indépendants.


■ Il n'y aura pas de nouvelle mobilisation de l'armée

Porte-parole de l'armée, Daniel Reist précise que «nous n'allons pas vers une deuxième mobilisation». Le communiquant confirme cependant «un nouvel engagement». Outre le canton de Fribourg, le conseiller d'Etat Mauro Poggia a confirmé que Genève avait également déposé une demande d'assistance auprès des forces militaires suisses.

En ce qui concerne la teneur des bataillons mobilisés, Daniel Reist souligne que «l'armée fera tout d'abord appel aux volontaires issus des bataillons sanitaires». Il n'exclut cependant pas d'appeler davantage de personnes si le besoin devait se faire sentir. Ces derniers seraient contactés par SMS, comme lors de la mobilisation de mars dernier. Le nombre total de soldats qui pourraient être appelés n'est pas encore connu.


■ Le JazzOnze+ Festival de Lausanne se saborde

Les cuivres et autres instruments devaient commencer à résonner dès demain, jeudi 29 octobre. Après les annonces du Conseil fédéral (lire ci-dessous), les organisateurs du festival de jazz de Lausanne posent les plaques.

Ils écrivent à l'instant: «C'est le cœur lourd que le festival doit se résoudre à annuler sa 33ème édition dans son intégralité. Bien que le risque était connu et envisagé depuis le début de la pandémie et qu'elle en mesurait les conséquences, l'équipe du festival voulait y croire jusqu'au bout. Chaque jour, JazzOnze+ avançait pas à pas, le plan sanitaire et la configuration de la manifestation étaient sans cesse repensés en fonction de l'évolution de la situation. Malgré tous ces efforts d'adaptation, cette deuxième vague d'épidémie aura gagné la partie sur cette deuxième version déjà réduite du festival, et c'est avec regret, tristesse et néanmoins compréhension et respect des directives sanitaires que le festival doit renoncer à sa 33ème édition.»


■ Alain Berset: «Il n'y a pas de couvre-feu. Je répète: il n'y a pas de couvre-feu»

Dans le communiqué du Conseil fédéral, en français, lorsqu'il est question de la fermeture des restaurants et des discothèques (lire ci-dessous), le texte se termine par: «Un couvre-feu s'applique en outre entre 23h et 6h.»

«Erreur de traduction, peut-être due à des pratiques des pays qui nous entourent», lance Alain Berset. «Il n'y a pas de couvre-feu. Je répète, il n'y a pas de couvre-feu.» La fermeture dont il est question est celle des restaurants.


■ Masque dans la rue: le mettre ou pas?

La formulation concernant le port obligatoire du masque dans la rue va animer quelques discussions. Voici l'explication fournie par l'Office fédéral de la santé publique:

«En plein air, le masque facial est obligatoire dans les zones animées des centres urbains ou des villages dans lesquelles des piétons circulent. Il doit également être porté dès que la concentration de personnes présentes dans l’espace public ne permet pas de respecter les distances requises (p. ex.rues, places et parcs très fréquentés).»

L'Office fédéral de la santé publique propose un questions/réponses en 16 points sur les décisions du jour ici (en PDF).

Au reste, les Romands n'y pensent pas en premier lieu parce qu'ils ont l'habitude, mais la décision du jour impose le masque dans les magasins, administrations, etc. Certains cantons n'avaient pas encore pris cette ordonnance.


■ Bientôt des tests rapides

Le Conseil fédéral annonce (lire aussi ci-dessous) que des tests rapides, dits «antigéniques», ont été validés. Le nouveau dispositif apparaîtra dès lundi prochain, le 2 novembre. D'après Alain Berset, cela représentera un apport de 50 000 tests supplémentaires par jour.


■ La prise de parole attendue du Conseil fédéral: «Personne n'a intérêt à un nouveau confinement»

«Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise», maxime déclinée dans les quatre langues nationales: la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a pris un ton solennel pour entamer la conférence de presse de ce mercredi.

«Personne n'a intérêt à un nouveau confinement», a-t-elle postulé, pour expliquer les mesures décidées d'entente avec les gouvernements cantonaux.

Pour revoir la conférence de presse:

Voici les principales mesures décidées entre le gouvernement fédéral et les cantons:

  • Fermeture des restaurants, cafés, dès 23 heures, jusqu’à 6h;
  • Quatre personnes seulement par table dans les restaurants;
  • Pas d'événement privé, fête de famille, etc, de plus de 10 personnes;
  • Les chorales sont interdites;
  • Les discothèques et boîtes de nuit sont fermées jusqu'à nouvel avis;
  • Interdiction des manifestations de plus de 50 personnes;
  • Interdiction des activités sportives non professionnelles rassemblant plus de 15 personnes;
  • Le masque doit être porté dans la rue aussi, sauf si la distance est suffisante;
  • Au travail, le masque devra être mis «partout» hormis au poste de travail personnel;
  • le masque devient obligatoire au secondaire II;
  • L’enseignement sur site, en présentiel, est interdit dans le degré tertiaire (université, hautes écoles spécialisées, etc).

Pour sa part, Alain Berset commence par un propos illustré: «La couleur des affiches fédérales a viré au rouge, ce n'est pas un hasard.»

Le ministre de la Santé se défend d'une lenteur du Conseil fédéral, critique récurrente en ce moment: il argue que le gouvernement fédéral agit de concert avec les cantons, et répète à plusieurs reprises que ceux-ci peuvent adapter leurs dispositions, en plus sévère.


■ Plus de 500 000 contaminations en une journée dans le monde

Plus de 500 000 nouveaux cas de contamination par le nouveau coronavirus ont été annoncés dans le monde mardi. C’est un nouveau record selon le comptage réalisé mercredi par l’AFP à partir des bilans fournis par les autorités de santé.

Au total, 516 898 nouvelles infections ont été déclarées, pour 7723 nouveaux décès. Cette augmentation du nombre de cas déclarés dans le monde ne s’explique qu’en partie par la hausse du nombre de tests réalisés depuis la première vague de l’épidémie en mars-avril dans le monde.

L’Europe est le continent dans lequel la pandémie progresse le plus rapidement, avec plus de 220 000 nouvelles contaminations quotidiennes en moyenne durant les 7 derniers jours. Cela représente une augmentation de 44% par rapport à la semaine précédente.


■ Wall Street plonge avant l’ouverture

Wall Street a plongé ce matin avant l’ouverture, à moins d’une semaine de l’élection présidentielle et alors que les investisseurs redoutent l’impact sur l’économie de la remontée des cas de coronavirus dans le monde.

A 12h40, dans les échanges à termes de pré-marché, l’indice vedette Dow Jones perdait 1,78% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,31%. L’indice élargi S&P 500, le plus représentatif du marché américain, était en recul de 1,50%.

«Les investisseurs sont aux prises avec trois principaux vents contraires», a résumé Art Hogan, économiste pour National: «l’accroissement des cas de Covid-19 avec une moyenne de 70.000 nouveaux cas par semaine pour la première fois […], le fait qu’on n’a pas eu de relance budgétaire et enfin l’incertitude de l’élection présidentielle». «Les hospitalisations liées au Covid ont grimpé d’au moins 10% la semaine dernière dans 32 Etats» américains, a souligné l’analyste.


■ 8616 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte 8616 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). 24 décès supplémentaires sont à déplorer et 149 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 30 772 tests conventionnels ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 28%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 65 441. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 762,5 nouvelles infections pour 100 000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 135 658 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1 859 945 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s’élève à 1954 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6413.

Le pays dénombre par ailleurs 24 355 personnes en isolement et 23 270 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 12 099 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.


■ Des cantons demandent l’aide de l’armée

Le Conseil d’Etat fribourgeois a adressé mardi au Département fédéral de la défense (DDPS) une demande d’engagement de l’armée en appui à l’hôpital fribourgeois (HFR), a indiqué Didier Page, secrétaire général adjoint de la sécurité et de la justice, à l’agence Keystone-ATS.

«Les besoins exposés, pour un engagement 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, sont d’une trentaine de personnes, essentiellement dans le domaine de l’aide aux soins directs aux patients, mais aussi dans ceux de la logistique (travaux de désinfection) et des transports de patients», précise Didier Page.

Le question du soutien de l’armée est à l’ordre du jour de la séance du Conseil fédéral ce mercredi, a indiqué Daniel Reist, porte-parole de l’armée. Selon le Tages-Anzeiger, un second canton serait concerné, il s’agirait de Genève.


■ L’UE engage 100 millions d’euros pour acheter des tests rapides

L’UE va engager 100 millions d’euros pour l’achat et la distribution de test rapides, dont elle recommande l’usage aux Etats membres pour enrayer la nouvelle flambée de Covid-19, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qualifiant la situation pandémique de «très grave».

Elle a par ailleurs appelé de nouveau à harmoniser les règles pour les voyageurs à travers l’Europe, réclamé une interopérabilité accrue entre les applications de traçage nationales et demandé aux Etats d’intensifier le partage des données sanitaires.


■ Le président sud-africain en quarantaine

Cyril Ramaphosa s’est placé en quarantaine après avoir appris qu’un convive à un dîner de charité auquel il participait a été testé positif au coronavirus.

Le président ne présente aucun symptôme à l’heure actuelle et, conformément aux recommandations sanitaires liées au Covid 19, se fera tester si des symptômes se manifestent.

Porte-parole de la présidence

Selon son bureau, le président avait assisté samedi à un dîner pour lever des fonds à la Fondation Adopt-a-School. L’un des participants a été testé positif au coronavirus mardi.

Le président d’Afrique du sud, pays d’Afrique le plus touché par la pandémie, continuera d’assurer ses fonctions à distance, a indiqué la présidence. Vendredi, le pays a passé le cap des 700 000 cas de nouveau coronavirus. Mardi, le nombre de personnes infectées s’établissait à 717 851 et 19 053 morts.

Le pic de la pandémie en Afrique du Sud a été enregistré entre juillet et août avec une moyenne de 12 000 nouveaux cas quotidiens. Les strictes mesures de confinement et les restrictions de voyage mises en place en mars ont été assouplies.


■ Les hospitalisations en Belgique atteignent le pic de la première vague

Devenu le pays du monde où le coronavirus circule le plus intensément lors de la deuxième vague, la Belgique compte quasiment autant de malades hospitalisés qu’au pic de la première au début du printemps, selon des chiffres officiels.

Mardi, ce pays de 11,5 millions d’habitants a enregistré 689 nouvelles admissions à l’hôpital, battant le record absolu établi le 28 mars (629). Résultat: il y avait au total 5554 malades dans les hôpitaux, très près du pic enregistré le 6 avril (5759), selon les données de l’institut belge de santé publique Sciensano.

En Belgique, où un nouveau durcissement des restrictions pourrait être annoncé vendredi, le taux d’incidence du virus dans la population est le plus élevé au monde, si l’on excepte la petite principauté d’Andorre.

D’après des données de l’AFP, près de 891 nouveaux cas pour 100 000 habitants ont été recensés ces sept derniers jours dans le royaume, contre 826 en République tchèque, deuxième pays le plus touché (hors micro Etats). Les pays voisins comme la France (397) et les Pays-Bas (394) sont respectivement 9e et 10e dans ce classement.


■ A Neuchâtel: vers une réquisition du personnel soignant

Le Conseil d’Etat neuchâtelois a décidé d’ouvrir la voie à la réquisition du personnel soignant et des ressources matérielles du canton. Ces mesures urgentes et exceptionnelles doivent permettre d’assurer la prise en charge des patients. Le Conseil d’Etat compte aussi solliciter les capacités d’accueil des EMS pour libérer des lits hospitaliers.

L’exécutif a également adopté un rapport urgent et un décret à l’attention du Grand Conseil «pour mieux faire face à l’épidémie». L’objectif est de créer la base légale nécessaire pour permettre une plus grande mobilisation des ressources sanitaires disponibles dans le canton, qu’elles soient publiques ou privées. La proposition sera traitée de manière prioritaire lors de la prochaine session du Grand Conseil mardi prochain.


■ L’armée suspend les cours de répétition jusqu’à la fin de l’année

L’évolution de la pandémie de coronavirus contraint l’armée à suspendre tous ses cours de répétition jusqu’à la fin de l’année, annonce-t-elle mercredi. Les cours qu’elle considère comme indispensables à un possible soutien aux autorités civiles ne sont pas concernés.

Les cours actuels prendront fin prématurément ou seront suspendus jusqu’à nouvel avis. L’armée se prépare à un nouvel engagement aux côtés des autorités civiles, au cas où la situation devait s’aggraver, précise-t-elle dans un communiqué.

Cette décision ne concerne pas non plus les cours pour les engagements planifiés de l’année prochaine, comme le Forum économique mondial (WEF). L’armée indique que d’autres mesures pourraient être prises en fonction de l’évolution de la situation.

À la mi-octobre, l’armée avait interdit les congés pour quelque 10 000 recrues jusqu’au 30 octobre, afin d’éviter les infections. Selon son porte-parole, Daniel Reist, 24 personnes avaient été contaminées au moment de cette décision. Les cours de répétition n’étaient à ce moment-là pas concernés.


■ Novartis s’allie à Molecular Partners pour développer des traitements contre le Covid-19

Le géant pharmaceutique a annoncé un accord avec la société suisse de biotechnologie Molecular Partners pour développer deux traitements potentiels contre le Covid-19.

L’accord porte sur la recherche et la commercialisation de deux traitements antiviraux en tout début de phase de développement appelés MP0420 et MP0423, a indiqué Novartis dans un communiqué.

Lire aussi: Le nationalisme du vaccin risque de saper la lutte contre le Covid-19

Ces deux traitements à l’étude pourraient être utilisés à la fois en prévention et comme traitement du Covid-19, a précisé Novartis. Ils présentent également l’avantage d’être faciles à administrer, de pouvoir être fabriqués en masse mais aussi de ne nécessiter aucun stockage réfrigéré.


■ Les restrictions s’étendent en Europe et provoquent la colère

La France et l’Allemagne se préparent à «durcir» leurs dispositifs pour tenter d’endiguer la deuxième vague du Covid-19. D’autres pays européens, comme l’Italie, l’ont déjà fait, suscitant un mécontentement grandissant.

Avec l’idée de préparer un nouveau tour de vis sur le territoire français, où un couvre-feu nocturne concernant au total les deux tiers des habitants est déjà en vigueur, Emmanuel Macron présidait mardi un conseil de défense, tandis que son Premier ministre Jean Castex procédait à des consultations sur «les durcissements envisagés». C’est que la circulation du virus est «hors de contrôle», a estimé l’infectiologue Gilles Pialoux, appelant à «reconfiner le pays».

Situation comparable en Allemagne où plusieurs responsables politiques plaidaient mardi eux aussi pour un renforcement des mesures, à la veille d’une réunion de crise. Des discussions entre le gouvernement d’Angela Merkel et les dirigeants régionaux, prévues pour vendredi à l’origine, ont à cet égard été avancées à mercredi.

Selon les médias, la chancelière préconise la fermeture des restaurants et des bars et une interdiction des rassemblements publics, tandis que les écoles et les crèches resteraient ouvertes.

Les autres Etats de l’UE sont sur une trajectoire identique, à l’exemple de la République tchèque, qui va imposer de mercredi au 3 novembre un couvre-feu de 21h00 à 04h59. Quant aux habitants du sud de la Suède, ils sont désormais invités à limiter les contacts et à éviter transports publics et lieux clos, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.



Les nouveaux cas en Suisse (par 24 heures) depuis début mai:

  • Mardi 27 octobre: 5949.
  • Lundi 26 octobre (pour les trois jours): 17 440.
  • Vendredi 23 octobre: 6634.
  • Jeudi 22 octobre: 5256.
  • Mercredi 21 octobre: 5596.
  • Mardi 20 octobre: 3008.
  • Lundi 19 octobre (pour les trois jours): 8737.
  • Vendredi 16 octobre: 3015.
  • Jeudi 15 octobre: 2613.
  • Mercredi 14 octobre: 2823.
  • Mardi 13 octobre: 1445.
  • Lundi 12 octobre (pour les 3 jours): 4068.
  • Vendredi 9 octobre: 1487.
  • Jeudi 8 octobre: 1172.
  • Mercredi 7 octobre: 1077.
  • Mardi 6 octobre: 700.
  • Lundi 5 octobre (pour les 3 jours): 1548.
  • Vendredi 2 octobre: 552.
  • Jeudi 1er octobre: 550.
  • Mercredi 30 septembre: 411.
  • Mardi 29 septembre: 225.
  • Lundi 28 septembre (pour les 3 jours): 782.
  • Vendredi 25 septembre 488.
  • Jeudi 24 septembre: 391.
  • Mercredi 23 septembre: 437.
  • Mardi 22 septembre: 286.
  • Lundi 21 septembre (pour les 3 jours): 1095.
  • Samedi 19, dimanche 20 septembre: l’OFSP a arrêté de diffuser les chiffres le week-end.
  • Vendredi 18 septembre: 488.
  • Jeudi 17 septembre: 530.
  • Mercredi 16 septembre: 514.
  • Mardi 15 septembre: 315.
  • Lundi 14 septembre: 257.
  • Dimanche 13 septembre: 475.
  • Samedi 12 septembre: 465.
  • Vendredi 11 septembre: 528.
  • Jeudi 10 septembre: 405.
  • Mercredi 9 septembre: 469.
  • Mardi 8 septembre: 245.
  • Lundi 7 septembre: 191.
  • Dimanche 6 septembre: 444.
  • Samedi 5 septembre: 425.
  • Vendredi 4 septembre: 405.
  • Jeudi 3 septembre: 364.
  • Mercredi 2 septembre: 370.
  • Mardi 1er septembre: 216.
  • Lundi 31 août: 163.
  • Dimanche 30 août: 292.
  • Samedi 29 août: 376
  • Vendredi 28 août: 340.
  • Jeudi 27 août: 361.
  • Mercredi 26 août: 383.
  • Mardi 25 août: 202.
  • Lundi 24 août: 157.
  • Dimanche 23 août: 276.
  • Samedi 22 août: 295.
  • Vendredi 21 août: 306.
  • Jeudi 20 août: 266.
  • Mercredi 19 août: 311.
  • Mardi 18 août: 197.
  • Lundi 17 août: 187.
  • Dimanche 16 août 200.
  • Samedi 15 août: 253.
  • Vendredi 14 août: 268.
  • Jeudi 13 août: 234.
  • Mercredi 12 août: 274.
  • Mardi 11 août: 187.
  • Lundi 10 août: 105.
  • Dimanche 9 août: 152.
  • Samedi 8 août: 182.
  • Vendredi 7 août: 161.
  • Jeudi 6 août: 181.
  • Mercredi 5 août 181.
  • Mardi 4 août: 130.
  • Lundi 3 août: 66.
  • Dimanche 2 août: 138.
  • Samedi 1er août: 180.
  • Vendredi 31 juillet: 210.
  • Jeudi 30 juillet: 220.
  • Mercredi 29 juillet: 193.
  • Mardi 28 juillet: 130.
  • Lundi 27 juillet: 65.
  • Dimanche 26 juillet: 110.
  • Samedi 25 juillet: 148.
  • Vendredi 24 juillet: 154.
  • Jeudi 23 juillet: 117.
  • Mercredi 22 juillet: 141.
  • Mardi 21 juillet: 108.
  • Lundi 20 juillet: 20.
  • Dimanche 19 juillet: 99.
  • Samedi 18 juillet: 110.
  • Vendredi 17 juillet: 92.
  • Jeudi 16 juillet: 142.
  • Mercredi 15 juillet: 132
  • Mardi 14 juillet: 70.
  • Lundi 13 juillet: 63.
  • Dimanche 12 juillet: 85.
  • Samedi 11 juillet: 108.
  • Vendredi 10 juillet: 104.
  • Jeudi 9 juillet: 88.
  • Mercredi 8 juillet: 129.
  • Mardi 7 juillet: 54.
  • Lundi 6 juillet: 47.
  • Dimanche 5 juillet: 70.
  • Samedi 4 juillet: 97
  • Vendredi 3 juillet: 134.
  • Jeudi 2 juillet: 116.
  • Mercredi 1er juillet: 137.
  • Mardi 30 juin: 62.
  • Lundi 29 juin: 35.
  • Dimanche 28 juin: 62.
  • Samedi 27 juin: 69.
  • Vendredi 26 juin: 58.
  • Jeudi 25 juin: 52.
  • Mercredi 24 juin: 44.
  • Mardi 23 juin: 22.
  • Lundi 22 juin: 18.
  • Dimanche 21 juin: 18.
  • Samedi 20 juin: 26.
  • Vendredi 19 juin: 17.
  • Jeudi 18 juin: 17.
  • Mercredi 17 juin: 14.
  • Mardi 16 juin: 37.
  • Lundi 15 juin: 14.
  • Dimanche 14 juin: 23.
  • Samedi 13 juin: 31.
  • Vendredi 12 juin: 19.
  • Jeudi 11 juin: 33.
  • Mercredi 10 juin: 23.
  • Mardi 9 juin: 16.
  • Lundi 8 juin: 7.
  • Dimanche 7 juin: 9.
  • Samedi 6 juin: 20.
  • Vendredi 5 juin: 23.
  • Jeudi 4 juin: 20.
  • Mercredi 3 juin: 19.
  • Mardi 2 juin: 3.
  • Lundi 1er juin: 9.
  • Dimanche 31 mai: 17.
  • Samedi 30 mai: 17
  • Vendredi 29 mai: 32.
  • Jeudi 28 mai: 20.
  • Mercredi 27 mai: 15.
  • Mardi 26 mai: 15.
  • Lundi 25 mai: 10.
  • Dimanche 24 mai: 11.
  • Samedi 23 mai: 18.
  • Vendredi 22 mai: 13.
  • Jeudi 21 mai 36
  • Mercredi 20 mai: 40.
  • Mardi 19 mai: 21.
  • Lundi 18 mai: 10.
  • Dimanche 17 mai: 15.
  • Samedi 16 mai: 58
  • Vendredi 15 mai: 56.
  • Jeudi 14 mai: 50.
  • Mercredi 13 mai: 33.
  • Mardi 12 mai: 36.
  • Lundi 11 mai: 39.
  • Dimanche 10 mai: 54.
  • Samedi 9 mai: 44.