L’essentiel

Selon un bilan de l’Agence France-Presse, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 179 675 morts dans le monde

En Suisse, 47,2% de la population est entièrement vaccinée. En France, un citoyen sur deux l’est aussi. En Allemagne, 50,2% de la population l’est également.

Les Américains vaccinés doivent à nouveau porter le masque en intérieur dans les zones à haut risque.

Retrouvez notre suivi de la journée mardi.


■ Pas de nouvelles mesures en Suisse

Contrairement à ce qui était attendu, le Conseil fédéral ne lancera pas de procédure de consultation auprès des cantons en cette fin de mois de juillet pour assouplir ou au contraire durcir les mesures en fonction de l’évolution de la situation sur le front du Covid. Cela signifie dans l’immédiat que rien ne change. Alain Berset l'indique ce mercredi après-midi.

Pas question pour l’instant d’étendre le certificat Covid aux restaurants par exemple. Mais il ne faut pas non plus s’attendre à un retour à la vie normale avant la fin du mois d’août probablement. Le gouvernement avait d'abord imaginé passé en «phase trois», la presque normalité, à fin août.

Pour le Conseil fédéral, qui tiendra sa première séance d’après les vacances le 11 août, l’élément déterminant à prendre en compte est le fait que toutes et tous ceux qui veulent se faire vacciner n’ont pas encore pu le faire. Cette échéance, prévue initialement ce mois, a été repoussée du fait qu’en raison de la contagiosité du variant Delta, certaines personnes ne décident que ces jours-ci de recourir au vaccin. 

Sur le front épidémiologique, la crainte d’une quatrième vague du virus reste bien présente. Le nombre de nouvelles infections augmente, mais sans menacer une surcharge des hôpitaux. Dès lors, le Conseil fédéral tient à garder une ligne souple, en limitant les contraintes au maximum tout en comptant sur la responsabilité individuelle des citoyennes et citoyens. 


■ Vaccination mobile à Fribourg

Le canton de Fribourg veut aller au-devant des personnes qui n’ont pas encore franchi le pas de la vaccination, au moment où 53% des Fribourgeois ont reçu au moins une dose. Il enverra dès le 10 août des équipes mobiles dans 21 communes, relate l'agence ATS.

«La volonté de la population de se faire vacciner s’essouffle depuis début juillet», a constaté mercredi à Granges-Paccot Claudia Lauper, co-cheffe de la Task force sanitaire. Et ce même si la vaccination sans rendez-vous et la vaccination des 12-15 ans attirent des milliers de personnes depuis des semaines.

Face à la nouvelle donne, le Département de la santé veut donc adapter sa stratégie en proposant des possibilités de vaccination dans pas moins de 21 communes, réparties dans les sept districts du canton. Trois équipes mobiles vont sillonner le territoire avec le soutien de la Protection civile.

L’une des équipes mobiles disposera d’un véhicule, ce qui offrira davantage de flexibilité. Il s’agit d’une première étape en vue de tester la vaccination en centre commercial. Ceux qui le veulent pourront ainsi profiter de la présence d’une équipe de vaccination à Fribourg Centre dès le 12 août, celui d'Avry étant aussi envisagé.


■ La Grande-Bretagne lève la quarantaine pour l'UE (sauf la France) et les Etats-Unis

Les voyageurs complètement vaccinés contre le Covid-19 arrivant en Angleterre de l'Union européenne et des Etats-Unis seront désormais exemptés de quarantaine.

Cette mesure entrera en vigueur à partir de lundi à 4h (suisse), précise le ministre des Transports Grant Shapps.

Celui-ci parle de «pays européens», il n'est pas encore clair si la Suisse est incluse. Cependant, puisque la Suisse figure sur la «liste orange» des autorités anglaises, elle est en principe exemptée de quarantaine.

La France, en raison de la présence du variant Beta, n'est pas concernée. «Des règles distinctes vont continuer de s'appliquer pour les arrivées de France», ajoute le ministère.


■ Etat d'urgence en Guadeloupe

L'état d'urgence sanitaire sera déclaré mercredi à minuit en Guadeloupe, à Saint-Martin et Saint-Barthélémy, afin de "permettre de prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les centres hospitaliers locaux qui pourraient rapidement se retrouver sous forte tension", indique ce mercredi le porte-parole du gouvernement.

«En Guadeloupe, seuls 15 % de la population est complètement vaccinée», alors qu'à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, «le taux d'incidence atteint 1714 cas pour 100 000 habitants», a souligné Gabriel Attal à l'issue du Conseil des ministres.


■ 771 nouveaux cas en 24 heures 

La Suisse compte mercredi 771 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et 17 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 18 384 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 4,19%.

Sur les quatorze derniers jours:

  • Le nombre total d’infections est de 9015, soit 104,28 nouvelles infections pour 100 000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,26.
  • Les patients Covid-19 occupent 4,40% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 68,70%.

S'agissant des vaccins: 

  • 8 915 059 doses ont été administrées et 47,43% des personnes ont déjà reçu deux doses.
  • La Suisse a reçu jusqu’à présent 9 535 650 doses.
  • Des certificats ont déjà été émis pour 4 900 598 personnes vaccinées.

■ Pfizer prévoit d’écouler 33,5 milliards de dollars de vaccins

Le laboratoire américain Pfizer prévoit d’écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l’allemand BioNTech, grâce à des commandes portant sur 2,1 milliards de doses à travers le monde.

C’est bien plus que les 26 milliards de dollars sur lesquels le groupe avait dit tabler en mai dernier. Pfizer a par ailleurs revu ses perspectives de chiffre d’affaires et de bénéfices annuels à la hausse.


■ Le Royaume-Uni va donner 817 000 doses de vaccin au Kenya

Le gouvernement britannique a annoncé, avant la rencontre prévue ce mercredi 28 juillet entre le président Uhuru Kenyatta et le Premier ministre Boris Johnson, qu’il allait donner 817 000 doses de vaccin contre le coronavirus au Kenya. Les 400 000 premières doses doivent être expédiées cette semaine, a précisé celui-ci dans un communiqué. Ce don s’inscrit dans la fourniture de neuf millions de doses du vaccin AstraZeneca via le dispositif de partage Covax ou directement à des pays.

Il s’agit de la première tranche de l’engagement britannique de donner au total 100 millions de doses, annoncé lors du sommet du G7 en juin dernier, sous présidence britannique. Au total, le G7 s’est engagé à distribuer plus d’un milliard de doses, la moitié venant de la part des Etats-Unis. «En tant qu’amis et alliés, nous partageons des doses de vaccin britanniques pour soutenir le combat du Kenya contre la pandémie», a ainsi déclaré Boris Johnson.


■ Le bilan de la pandémie

Depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019:

  • La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 4 179 675 morts dans le monde
  • Plus de 195 244 860 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois.

Ces chiffres, qui figurent dans le bilan établi par l’Agence France-Presse, se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays. Ils excluent les révisions réalisées a posteriori par certains organismes statistiques, qui concluent à un nombre bien plus important de morts.

L’OMS estime même, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques reste aussi non détectée malgré l’intensification du dépistage dans de nombreux pays.

  • Ce mardi, 9 632 nouveaux décès et 617 588 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.
  • Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont l’Indonésie avec 2 069 nouveaux morts, le Brésil (1 333) et la Russie (798).
  • Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 611 288 décès pour 34 604 005 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.
  • Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 551 835 morts et 19 749 073 cas, l’Inde avec 422 022 morts (31 484.605 cas), le Mexique avec 239 079 morts (2.771 846 cas), et le Pérou avec 196 058 morts (2 106 371 cas).

■ En Allemagne, plus de la moitié de la population entièrement vaccinée

Plus de la moitié de la population vivant en Allemagne est désormais entièrement vaccinée, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, alors que le pays s’inquiète d’une remontée des courbes d’infection.

«Plus d’un Allemand sur deux (50,2%, soit 41,8 millions) bénéficie d’une protection vaccinale complète, 61,1% (50,85 millions) des citoyens ont été vaccinés au moins une fois», s’est félicité Jens Spahn sur Twitter.

«Plus il y aura de personnes qui se feront vacciner maintenant, plus l’automne et l’hiver seront sûrs!», a-t-il exhorté.


■ En France, les classes du secondaire concernées par un cas covid resteront ouvertes aux élèves vaccinés

Seuls les collégiens et lycéens non vaccinés devront suivre les cours à distance si un cas de covid est détecté dans leur classe à partir de la rentrée, a annoncé mercredi le ministre de l’Education français Jean-Michel Blanquer sur Franceinfo. Il a précisé que les classes d’écoles primaires continueraient de fermer, elles, dès le premier cas positif. Pour tendre vers un taux de vaccination maximal dans le secondaire, «6000 à 7000 centres de vaccination» seront déployés à partir de la rentrée «dedans ou à côté» des établissements scolaires.


■ 177 nouveaux cas à Sydney: le confinement prolongé d’un mois

Les habitants de Sydney vont devoir s’armer de patience et passer un mois supplémentaire en confinement, ont annoncé les autorités locales. Elles ont invoqué des contaminations toujours plus nombreuses et un taux de vaccination faible.

La plus grande ville d’Australie devait initialement mettre fin à son confinement de cinq semaines le 30 juillet, mais les restrictions ont été prolongées de quatre semaines, jusqu’au 28 août. «Je me rends bien compte de ce que nous demandons aux gens pendant les quatre semaines à venir, mais c’est parce que nous voulons protéger notre communauté et nous assurer de pouvoir rebondir aussi rapidement que possible», a expliqué la première ministre de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian.


■ A Mexico, être porteur du covid ou du sida peut valoir la prison

En juin, alors que la ville de Mexico se parait de banderoles arc-en-ciel pour célébrer diversité et inclusion sexuelles, un homme considéré comme un «danger contagieux» était jeté en prison. Tel a été pendant une semaine le sort de Juan N. ainsi identifié par le Parquet et dont le portrait a été diffusé en photo et en vidéo à travers la capitale du Mexique. Son crime: être séropositif et ne pas en avoir informé au préalable une ancienne compagne.

A Mexico, l’infraction est pénalement définie comme un «danger de contamination» pouvant entraîner une peine d’emprisonnement allant de trois jours à cinq ans de prison. Elle concerne toute personne qui, sachant qu’elle est atteinte d’une maladie grave, en contamine une ou plusieurs par le biais de «relations sexuelles» ou «d’autres moyens».

«N’importe qui ayant un problème de santé devient un criminel potentiel, qu’il soit porteur du virus du Sida ou d’autre chose», s’insurge Geraldina González de la Vega, présidente du Conseil pour la prévention et l’élimination de la discrimination (Copred) de Mexico.

La problématique déjà explosive s’est encore aggravée dans la panique suscitée par la pandémie de Covid-19. En 2020, le parquet de Mexico a ouvert 78 enquêtes pour «danger de contamination», et il y en a déjà 52 à ce stade de l’année 2021, selon des données officielles qui ne précisent toutefois pas la nature des maladies incriminées.