L’essentiel

Le Conseil fédéral renonce aux bons de 50 francs pour encourager la vaccinatio.,

Pour lever les mesures sanitaires, 93% des plus de 65 ans et environ 80% des 18 à 65 ans doivent être vaccinés.

Un anticorps monoclonal très puissant ciblant la protéine Spike du virus a été découvert par le CHUV et l’EPFL, les essais cliniques débuteront en 2022.

Tanja Stadler, cheffe de la task force scientifique de la Confédération, estime qu’un vaccin pour les moins de 12 ans devrait être disponible prochainement. Le fabricant Pfizer/Biontech a présenté des données préliminaires.

Retrouvez notre suivi de mardi.


■ Harcèlement et menaces: les scientifiques du Covid en terrain miné

Harcèlement en ligne, menaces de mort voire tentatives de passage à l’acte… Pour les scientifiques qui ont pris la parole sur la pandémie dans les médias, le retour de bâton a parfois été violent. Lorsqu’il a posé son après-midi de congé le 17 mai, le virologue belge Marc van Ranst ne se doutait pas qu’il était peut-être en train de sauver sa vie.

L’expert était la cible d’un militaire d’extrême-droite, Jürgen Conings. Traqué par la police, ce dernier s’est enfui avant d’avoir pu mettre ses menaces à exécution et a été retrouvé mort le 20 juin, suicidé par arme à feu. Dans sa voiture, il y avait quatre lance-roquettes et des munitions. Depuis, l’enquête a montré qu’il était près du domicile de Van Ranst ce fameux 17 mai.

Il n’est pas le seul: d’après un sondage publié mercredi par la revue Nature, les scientifiques qui se sont exprimés sur le Covid dans les médias ont souvent récolté menaces et harcèlement. 321 spécialistes ont répondu à l’enquête de la prestigieuse revue médicale, majoritairement au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Allemagne. Seul un tiers n’a rapporté aucune conséquence négative après une prise de parole publique sur le Covid. Plus de la moitié disent avoir vu leur crédibilité mise en doute et 15% assurent avoir reçu des menaces de mort.


■ La conférence de presse du Conseil fédéral

Le rythme de vaccination doit s’accélérer avec l’arrivée de l’hiver. Le Conseil fédéral lance son offensive en trois volets. Après consultation, il a toutefois renoncé mercredi aux bons de 50 francs.

La situation épidémiologique est encourageante mais reste fragile.

Alain Berset.

Selon les données actuelles, 93% des plus de 65 ans et environ 80% des 18 à 65 ans doivent être vaccinés pour pouvoir lever les mesures. Le taux de vaccination actuel des plus de 18 ans est de 71,2%. Afin d’augmenter le taux de vaccination, les indécis ont besoin d’informations fiables. C’est pourquoi le Conseil fédéral, en collaboration avec les cantons, prévoit une semaine nationale de vaccination du 8 au 14 novembre.

Le Conseil fédéral souhaite soutenir les cantons pour faire cet effort vaccinal.

Les personnes pourront s’informer sur l’efficacité, la sécurité et les effets secondaires de l’injection. Les risques sanitaires et la possibilité de se faire vacciner seront aussi abordés. Les autorités cantonales et communales organiseront des évènements locaux. De son côté, le gouvernement enverra une lettre à la population pour souligner l’importance de la vaccination. La Confédération prendra en charge les coûts. Une enveloppe de 15,2 millions de francs est prévue.

Unités mobiles

Pour atteindre plus facilement les citoyens, des bus de vaccination supplémentaires prendront la route durant plusieurs semaines et s’arrêteront sur la place du village, sur le terrain de foot, devant les écoles ou les discos. La population n’aura ainsi plus à se déplacer et pourra facilement obtenir des informations ou se faire vacciner spontanément. Actuellement, 50 bus sont en circulation.


■ L’Argentine vaccine les 3-11 ans avec Sinopharm

Le gouvernement argentin a lancé mardi 12 octobre la campagne de vaccination contre le Covid-19 pour les enfants âgés de 3 à 11 ans.

Le vaccin Sinopharm est utilisé en Argentine depuis le début de la campagne de vaccination. Avec plus de 9 millions de doses injectées, il est le vaccin avec le plus faible taux d’effets indésirables jusqu’à présent, selon le ministère de la Santé, indique Chequeado.


■ La Réunion sort de l’état d’urgence sanitaire

L’île de La Réunion va sortir vendredi de l’état d’urgence sanitaire qui avait été décrété le 13 juillet dernier en raison de la circulation accrue du coronavirus. Le président français Emmanuel Macron avait justifié cette décision, en juillet lors d’une allocution télévisée, par le «niveau de vaccination insuffisant» et par la «forte pression» hospitalière.


■ Plus de 1000 nouveaux cas en 24 heures

Les principales informations du dernier bulletin de l’Office fédéral de la santé publique:

  • La Suisse compte mercredi 1048 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures;
  • On déplore 11 décès supplémentaires;
  • 36 malades ont été hospitalisés.
  • Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25 127 tests ont été transmis. Le taux de positivité s’élève à 4,17%.
  • Les patients Covid-19 occupent 15,7% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 73,2%.

Concernant la vaccination. Au total 10 762 580 doses de vaccin ont été administrées et 60,96% des personnes ont déjà reçu deux doses.


■ La Suisse traque les variants du Covid-19

Une plateforme regroupe désormais toutes les séquences génétiques du coronavirus récoltées en Suisse. Les données issues du séquençage n’ont de sens que si elles sont coordonnées et mises en réseau de manière standardisée le plus rapidement possible, a annoncé mercredi l’Institut suisse de bioinformatique (SIB).

L’infrastructure appelée plateforme suisse de surveillance des pathogènes (SPSP) est destinée à le garantir, presque en temps réel. Sur la plateforme, les séquences du virus sont couplées, entre autres, à la date et au lieu du test PCR ainsi qu’au sexe et à l’âge de la personne testée. Trois fois par semaine, la plateforme envoie les informations sur le Sars-CoV-2 à l’Office fédéral de la santé publique. En combinaison avec d’autres informations telles que les hospitalisations et les symptômes, le profil d’une mutation émergente peut par exemple être déterminé.


■ Le Conseil fédéral prend un bain de foule à Lucerne

Le Conseil fédéral tient sa séance mercredi en format «extra-muros» à la Haute école de musique de Lucerne. Il doit annoncer les contours de sa nouvelle offensive en faveur de la vaccination.

Lire aussi: Le Conseil fédéral devrait abandonner la prime de 50 francs pour inciter à la vaccination

Les conseillers fédéraux ont ensuite été chaleureusement accueillis par le public au Musée des transports de Lucerne. Un journaliste du Temps se trouvait sur place.

Une manifestation contre les mesures covid a été organisée pour l’occasion à l’extérieur du musée.

Un important dispositif policier était déployé. Les forces de l’ordre surveillaient et bloquaient les entrées du site.


■ Nouvelle opération de soutien aux restaurateurs fribourgeois

Le Conseil d’Etat fribourgeois débloque une enveloppe de 3 millions de francs en faveur des cafetiers et restaurateurs affectés par la crise sanitaire. Le geste, le troisième du genre, intervient après les succès antérieurs de Kariyon I et II.

Unique en Suisse, l’opération restÔbistro consiste à travers des rabais de 15% et 25% à soutenir une branche en souffrance depuis mars 2020 et le début de la pandémie, a indiqué le gouvernement. L’opération vise en particulier à remercier les jeunes des efforts fournis pendant la crise du Covid-19. Ces derniers pourront profiter d’un rabais complémentaire de 10%, soit de 25% au lieu de 15%.


■ La pandémie a rendu l’administration fédérale plus verte

Coronavirus oblige, les employés de l’administration ont moins voyagé en avion et souvent travaillé à la maison en 2020. L’impact environnemental de la Confédération a donc diminué de moitié par rapport à l’année précédente: en 2020, l’administration fédérale a généré 1,3 million d’unités de charge écologique (UCE) par équivalent temps plein, contre 2,4 millions en 2019.

Les trajets en avion constituent généralement la charge écologique la plus importante. En raison des restrictions de voyages, ils ont diminué de 70% par rapport à 2019, selon le rapport sur le système de gestion des ressources et de management environnemental (RUMBA), dont le Conseil fédéral a pris connaissance mercredi.

Ils se sont donc fait griller la priorité par la consommation de papier et celle de chaleur en 2020. Les voyages en avion ont en revanche été responsables de plus de 6700 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre. Ils conservent ainsi le haut du pavé dans cette catégorie, suivis par la consommation de chaleur et celle de papier.


■ En France, les tests de dépistage du Covid-19 deviennent payants dès vendredi

Les contraintes vont se durcir vendredi pour les derniers récalcitrants à la vaccination, avec la fin des tests gratuits pour tous et l’obligation de présenter un «schéma complet» pour les professionnels du soin. A partir de vendredi, près de 7 millions d’adultes partiellement ou non vaccinés devront ainsi débourser entre 22 et 44 euros pour chaque dépistage leur permettant d’obtenir un pass sanitaire.


■ Mexique: la justice ordonne la vaccination des mineurs

La justice mexicaine a demandé au gouvernement fédéral de vacciner les mineurs de 12 à 17 ans contre le Covid-19, dans un arrêt que le gouvernement affirme vouloir examiner avec soin, ont indiqué mardi les autorités mardi.

Un tribunal de l’Etat de Mexico -l’un des 32 du pays- a invoqué «le droit humain à la santé pour la collectivité, dans le cas présent, à tous les adolescents entre 12 et 17 ans», d’après un extrait de la décision de justice citée par l’édition mexicaine du quotidien El Pais. Le tribunal de Naucalpan, près de la capitale Mexico, se prononçait sur un recours individuel en faveur de la vaccination d’un mineur.


■ Le secteur de la restauration critique vis-à-vis du certificat Covid

La majorité des entreprises du secteur de l’hôtellerie et de la restauration sont critiques sur le certificat Covid obligatoire, 58% d’entre elles déplorant des conséquences «négatives» ou «très négatives», selon une enquête. Dans l’ensemble, les 201 PME interrogées en Suisse alémanique ne perçoivent toutefois pas cette contrainte comme un désavantage.

Parmi les sondés, 39% évaluent le certificat comme «positif» ou «très positif», tandis que 36% estiment les effets sur leur propre entreprise comme ni bons, ni mauvais, relève mercredi la Haute école des sciences appliquées du canton de Zurich (ZHAW) dans son étude menée en ligne entre la mi-septembre et la fin septembre.


■ Les Etats-Unis ouvrent leurs frontières avec le Canada et le Mexique

Après l’air, la terre. Après avoir déjà annoncé la fin prochaine des restrictions pour les voyageurs vaccinés contre le Covid-19 arrivant par les airs, les Etats-Unis ouvriront «début novembre» leurs frontières terrestres avec le Mexique et le Canada, également aux visiteurs vaccinés, a déclaré dans la nuit de mardi à mercredi un haut responsable de la Maison-Blanche.

Il a assuré, lors d’une conférence téléphonique, que la date précise d’entrée en vigueur du nouveau dispositif serait connue «très prochainement» pour ces voyages par voie terrestre, tout comme pour les voyages internationaux par avion, pour lesquels l’obligation vaccinale avait été annoncée le 20 septembre dernier. «Cela ira ensemble», selon la source de la Maison-Blanche.

Face à la pandémie, les Etats-Unis avaient fermé leurs frontières à partir de mars 2020, pour des millions de voyageurs en provenance notamment de l’Union européenne, du Royaume-Uni, ou de Chine, puis, plus tard, d’Inde ou du Brésil. Mais aussi pour les visiteurs venus, par voie terrestre, du Canada et du Mexique. Cela a causé des situations personnelles douloureuses, et des dommages économiques.