■ L’essentiel

Mardi, L’Organisation mondiale de la santé a lancé une nouvelle alarme concernant l'«emprise» du Covid-19 en Europe qui pourrait faire 700 000 morts supplémentaires sur le continent.

Tanja Stadler, présidente de la Task force scientifique, a indiqué que les cas déclarés doublent actuellement toutes les deux semaines.

 

Retrouvez notre suivi de mardi.


■ Les Verts réclament des mesures, l’UDC campe sur ses positions

Du côté des partis, les Verts estiment que le Conseil fédéral aurait dû mettre en place des mesures pour enrayer l’augmentation des cas et de la charge de travail des hôpitaux. «Ce n’est pas en renvoyant la responsabilité aux cantons qu’il empêchera la propagation du virus», estime son président, Balthasar Glättli.

Le PLR exige pour sa part que le turbo soit enclenché pour l’administration des troisièmes doses de vaccin. La Confédération, les cantons et Swissmedic ont l’obligation de mettre ces troisièmes doses à disposition des personnes souhaitant les recevoir le plus rapidement possible, insiste-t-il dans un communiqué. Pour le PLR, la règle du certificat 3G – expression empruntée à l’allemand («geimpft» pour vacciné, «genesen» pour guéri et «getestet» pour testé) – doit être maintenue. Le parti rejette la règle des 2G – vacciné ou guéri, introduite notamment en Allemagne et en Autriche.

Les tests doivent continuer à être payés par les personnes concernées. En outre, le parti s’oppose à une vaccination obligatoire ordonnée par la Confédération pour certaines professions. Les institutions et les entreprises pourraient l’ordonner de leur propre compétence.

Pour l’UDC, comme l’efficacité des vaccins «diminue massivement» après quelques mois, seule une intensification des tests a un sens. Ces tests devraient donc à nouveau être gratuits, estime la droite dure. Sinon, l’UDC campe sur ses positions face à l’augmentation exponentielle des cas, rejetant tout durcissement des mesures. Elle part de l’idée que le Conseil fédéral ne décidera d’un renforcement qu’après la votation sur la loi Covid-19 du 28 novembre.


■ Les directeurs de la santé pour une discussion sur les mesures

Les cantons font leur possible pour lutter contre la pandémie, mais la Conférence des directeurs de la santé doute que cela suffise. Ils demandent une discussion sur des mesures nationales. La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) a constaté mercredi, à l’instar du ministre de la santé Alain Berset, qu’il y avait certes des différences cantonales et régionales en matière d’incidence, mais que l’évolution était défavorable à l’échelle nationale.

Selon la CDS, les expériences faites jusqu’ici montrent que des mesures différentes selon les cantons sont mal acceptées. Les cantons augmentent les mesures de protection si nécessaire dans leur domaine de compétence, c’est-à-dire le port obligatoire du masque et les tests obligatoires, notamment pour le personnel de santé.

La conférence se demande toutefois si cela suffit. Elle estime que Confédération et cantons doivent discuter d’autres mesures nationales qui pourraient être prises en cas d’aggravation de la situation. Une extension de l’obligation du masque, en premier lieu à l’intérieur, du télétravail ou des restrictions de capacité pourraient être envisagés.


■ La Slovaquie annonce de nouvelles restrictions

La Slovaquie a annoncé mercredi de nouvelles restrictions pour faire face à un fort rebond de l’épidémie, avec la fermeture des restaurants et des magasins non essentiels à partir de jeudi, tandis que les écoles resteront ouvertes.

«Nous ferons une nouvelle évaluation dans dix jours», a déclaré le ministre de l’Economie Richard Sulik aux journalistes, alors que la Slovaquie affiche l’un des taux de contamination par le coronavirus les plus élevés au monde.


■ France: le gouvernement va bien durcir le pass sanitaire

Extension des rappels de vaccins, durcissement du pass sanitaire… Face à la reprise de l’épidémie, le gouvernement a confirmé mercredi ses grandes orientations mais attend encore un peu pour fixer les détails. «Evidemment que le pass sanitaire reste un outil central: […] nous voulons même le renforcer», a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, à l’issue d’un conseil de défense sanitaire, puis d’un conseil des ministres.

Le gouvernement a examiné la conduite à tenir en pleine reprise de l’épidémie en France, avec plus de 30 000 cas diagnostiqués mardi, même si l’aggravation est pour le moment nettement moins marquée en matière d’hospitalisations. Plus largement, l’Europe est à nouveau devenue depuis quelques semaines l’épicentre mondial de la pandémie.

Cependant, «nous pouvons éviter la submersion» à condition de prendre certaines mesures, a assuré Gabriel Attal. «C’est en faisant respecter nos règles et en étant extrêmement scrupuleux que nous parviendrons à sauver les fêtes de fin d’année», a-t-il ajouté. Mais il n’a pas donné de détails, tout en excluant dans le contexte actuel un retour au couvre-feu ou au confinement comme c’est le cas depuis quelques jours en Autriche.

Le ministre de la santé Olivier Véran tiendra une conférence de presse jeudi à la mi-journée, le temps que le gouvernement se concerte avec les représentants parlementaires et les élus locaux.


■ Le Conseil fédéral s’oppose à un durcissement général des mesures sanitaires

A quelques jours de la votation sur la loi covid, le Conseil fédéral ne serre pas la vis pour freiner la pandémie. Face à des disparités régionales, c’est aux cantons d’agir, estime mercredi le gouvernement. Il juge «inapproprié» un durcissement général des mesures de lutte malgré une situation considérée actuellement comme «critique». «Celle-ci devrait encore se détériorer aux cours des semaines à venir», avertit le Conseil fédéral. Les groupes à risque pourront être touchés et cela aura une répercussion sur les hôpitaux.

L’hygiène des mains, une aération régulière des espaces intérieurs, la distance sociale, le dépistage dès l’apparition des symptômes sont d’une importance capitale. La population doit les respecter de manière conséquente.


■ Les cantons reprennent la main

Le Conseil fédéral et les cantons avaient décidé que ces derniers avaient la main dès lors que la situation évoluait de manière différente au niveau régional. C’est le cas actuellement. Les plus touchés sont appelés à prendre davantage de mesures. Ils peuvent par exemple étendre l’obligation du port du masque, notamment dans les écoles ou obliger le télétravail.

Certains cantons ont déjà pris des mesures plus strictes. Le Conseil fédéral appelle ceux qui ne l’ont pas encore fait à mettre en place les tests répétitifs et à introduire l’obligation de présenter un certificat pour entrer dans les établissements de santé, comme les homes.

Les structures hospitalières doivent aussi être préparées à une nouvelle surcharge. Les cantons doivent également encourager la vaccination. La troisième dose doit être administrée aussi rapidement que possible, surtout pour les personnes à risque.


■ Le Conseil fédéral veut éviter la fermeture d’écoles ou de crèches

Ces mesures seront prises en fonction de la situation et par étapes, rappelle la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Les sports d’hiver ou les marchés de Noël ne doivent pas être interdits. Mais des concepts de protection doivent être présentés. Si la situation se dégrade, ces manifestations peuvent être réduites.

Dans la mesure du possible, «les fermetures d’écoles ou de crèches doivent être évitées». Les mesures préventives doivent être mises en avant. Les cantons ont également la possibilité d’adapter le traçage des contacts en fonction de la situation et de prendre des mesures aux frontières si nécessaire.


■ Des restrictions nationales en consultation si les mesures cantonales ne portent pas leurs fruits

Le Conseil fédéral avait décidé en mai dernier d’orienter les mesures en fonction de la situation du système de santé, dès lors que la vaccination était accessible à la population de plus de douze ans. Cela comporte des risques, reconnaît le gouvernement.

Il est difficile d’éviter totalement une surcharge des hôpitaux tout en autorisant un taux d’infection élevé. Si les mesures cantonales et le comportement des habitants ne devaient pas montrer d’effet, le Conseil fédéral mettra en consultation des mesures plus strictes au niveau national.


■ «Nous allons tout faire pour traverser cet hiver sans nouvelles mesures sanitaires»

Quant à savoir si des mesures extrêmes à l’image de l’Autriche ou de l’Allemagne pourraient être mises en consultation en Suisse, Alain Berset explique que nous en sommes encore loin. «Nous avons les moyens de traverser cet hiver sans prendre de mesures sanitaires. Le but est d’éviter une surcharge des hôpitaux, nous allons essayer de faire le mieux possible pour que ce ne soit pas le cas. Mais il ne suffit pas de penser à autre chose pour que cette situation disparaisse», rappelle le Conseiller fédéral.


■ A Schaffhouse, un employé d’un centre de vaccination en détention provisoire pour vente de faux certificats

Un collaborateur du centre cantonal de vaccination de Schaffhouse a probablement vendu plusieurs centaines de faux certificats de vaccination contre le Covid-19 à des personnes non vaccinées. Le collaborateur et plusieurs personnes qui l’ont aidé à trouver des acheteurs potentiels ou qui ont revendu des certificats sont en détention provisoire.

Les personnes écrouées font l’objet d’une procédure pénale pour multiple falsification de documents, a indiqué mercredi la police schaffhousoise. L’homme a été arrêté en octobre, ses complices présumés en novembre.


■ La Suisse fait un geste pour faciliter le dispositif Covax

La Suisse accepte de décaler une livraison d’un million de doses du vaccin Moderna pour que le dispositif international Covax puisse les distribuer d’ici fin décembre. Elle devient le premier pays à répondre à cet appel de la communauté internationale.

En échange, la Suisse prendra la place de Covax, mécanisme lancé pour un accès équitable aux vaccins contre le coronavirus, plus tard l’année prochaine, a annoncé mercredi à Genève l’Alliance mondiale du vaccin (GAVI). L’institution salue «un exemple» pour montrer à quel point il est facile d’améliorer la livraison de doses vers les pays en développement qui en manquent.

La Suisse a par ailleurs promis quatre millions de doses pour Covax. Les premières avaient été acheminées en octobre en Sierra Leone. Après avoir débloqué un soutien financier, le Conseil fédéral avait fini par décider fin juin de ce partage demandé depuis longtemps par l’OMS.


■ A Genève, les autorités sont préoccupées par la hausse des cas

«Une saturation des structures hospitalières n’est pas exclue dans les semaines à venir», a déploré le président du Conseil d’Etat Serge Dal Busco, lors du point de presse hebdomadaire de l’exécutif genevois. C’est pourquoi le canton encourage les personnes vulnérables ou âgées de plus de 65 ans à recevoir une troisième dose de vaccin. Constatant un certain relâchement, le Conseil d’Etat genevois annonce également qu’il renforcera les contrôles de police dans les restaurants et autres établissements publics afin de vérifier que les procédures liées au certificat covid soient respectées.

S’il a d’ores et déjà discuté de différents scénarios, le Conseil d’Etat genevois attend une prise de position des autorités fédérales pour prendre d’éventuelles mesures. «Le plus tôt serait le mieux», précise Serge Dal Busco qui précise que «le port du masque dans certaines circonstances, notamment à l’école, a été évoqué».


■ La Suisse compte 8585 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte mercredi 8585 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 17 décès supplémentaires et 103 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité s’élève à 15,29%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 67 732, soit 777,69 nouvelles infections pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,34. Les patients Covid-19 occupent 19,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 79,70%.


■ La tournée d’Ozzy Osbourne reportée

Les concerts de la star historique du hard rock Ozzy Osbourne, en tournée européenne avec le groupe Judas Priest, sont reportés de janvier-février 2022 à mai 2023, annonce l’organisateur de l’événement LiveNation. Un concert était prévu le 31 janvier à Zurich.

La décision a été prise «en raison de l’incertitude persistante concernant les arènes pleines et de la logistique de voyage toujours compliquée dans une grande partie de l’Europe», a indiqué l’artiste, précisant que les billets achetés restaient valables pour la future tournée.


■ L’agence des maladies de l’UE appelle des mesures urgentes

L’agence de l’Union européenne chargée des maladies a appelé mercredi les Etats membres à prendre «urgemment» des mesures face au rebond épidémique en cours en Europe et au risque de fardeau sanitaire «très élevé» en décembre et janvier.

Dans un message de sa directrice Andrea Ammon, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommande également une dose vaccinale dite «booster» pour tous les plus de 18 ans, avec une priorité pour les plus de 40 ans.

L’agence européenne appelle aussi à faire monter le niveau général de vaccination dans l’UE, notamment dans les pays les plus en retard.


■ L’Europe concentre 70% des nouveaux cas

Mardi, l’Organisation mondiale de la santé a mis en garde contre un nouveau bond des décès en Europe. Elle a ensuite publié quelques précisions: ainsi, l’Europe a rassemblé près de 70% des nouveaux cas de coronavirus la semaine dernière dans les différents pays. L’augmentation sur une semaine dans cette région, de 11%, est au-dessus de la celle de 6% au total.

Selon ce bilan, près de 2,5 millions de nouvelles infections ont été identifiées en Europe par rapport à la semaine précédente. Contre 3,59 millions au total dans le monde.


■ Les trois objectifs à atteindre selon Christoph Berger

Les vaccinations de rappel contre le Covid-19 ne mettront pas fin à la pandémie, selon Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour les vaccinations. Selon lui, trois points sont décisifs pour atteindre cet objectif.

Premièrement, toutes les personnes vulnérables doivent être protégées, souligne M. Berger dans une interview publiée ce mercredi dans la NZZ. C’est pourquoi il faut maintenant accélérer les vaccinations de rappel chez les plus de 65 ans.

Deuxièmement, la couverture vaccinale de la population doit être la plus élevée possible, ajoute-t-il. Ainsi, même une protection réduite contre une infection légère, qui subsiste encore plusieurs mois après la vaccination, ne serait pas un problème.

Troisièmement, de nombreuses personnes non vaccinées contracteront le Covid-19 cet hiver, indique l’expert. Il faut espérer qu’au printemps prochain suffisamment de personnes auront acquis une certaine immunité, complète-t-il.