L’essentiel

L’Office fédéral de la santé publique a annoncé 2046 nouveaux cas de coronavirus.

Guy Parmelin et Alain Berset se sont exprimés sur la question des vaccins, avec des représentants de Pfizer et Moderna. Pas de nouvelles tout à fait inédites, mais le gouvernement indique avoir sécurisé l’achat de 8,1 millions de doses auprès des deux compagnies.

Retrouvez notre suivi de la journée de mercredi 


■ Le Conseil fédéral a fait un point: «Toutes les personnes qui le veulent vaccinées à fin juin»

Le gouvernement s’est exprimé après une séance de la task force scientifique avec les membres du Conseil fédéral et des représentants de Pfizer et Moderna, les vaccins les plus commandés par la Confédération.

Avec l’irruption des nouveaux variants du coronavirus, «la rapidité du déploiement des vaccins est cruciale», a posé le président de la Confédération Guy Parmelin.

Un «énorme défi». Alain Berset dépeint «l’énorme défi logistique» de «la plus grande campagne de vaccination de l’histoire du pays». Il annonce que la Suisse a d’ores et déjà sécurisé l’achat de 8,1 millions de doses d’ici à fin juillet, auprès de Moderna et Pfizer/BioNTech. La prochaine potion qui sera valisée sera celle d’AstraZeneca. A cette heure, CureVac et Novavax n’ont pas encore déposé de demande d’autorisation en Suisse.

Rebecca Ruiz: le défi des cantons. Vice-présidente de la conférence des ministres de la Santé, Rebecca Ruiz commence par indiquer que son président, Lukas Engelberger, «comme 23 000 personnes en ce moment, est en quarantaine». Elle assure qu’«après de grandes différences, les cantons commencent à converger et avancer au même rythme».

Le patron de Moderna pour l’Europe. Dan Staner, vice-président de Moderna, résume: «Il y a un an, nous n’avions aucun outil de fabrication industriel. Désormais, avec Lonza pour le monde entier sauf les Etats-Unis, nous sommes en mesure de fournir des centaines de milliers de doses au gouvernement suisse. Je suis lui reconnaissant d’avoir parié sur notre technologie de l’ARN messager. La Suisse a été le troisième pays à s’engager avec notre entreprise.» D’ici à fin mars, Moderna «espère pouvoir livrer un million de doses».

Vers la vaccination de masse. «On augmente l’ampleur de mois en mois, c’est une accélération, pas un lancement de masse un jour précis», explique Nora Kronig, de l’Office fédéral de la santé publique. Les responsables évoquent l’horizon de fin juin pour une situation où la toute la population qui le souhaite aura reçu au moins une dose.


■ Presque 20% de cas détectés en plus en une semaine

Le nombre d’infections a augmenté de 19,1% la semaine dernière en Suisse par rapport à la précédente. Du 15 au 21 mars, un total de 10 481 cas confirmés en laboratoire a été déclaré, contre 8803 la semaine précédente, selon le rapport hebdomadaire de l’OFSP publié.

La proportion de variants du virus était de 85% dans les 4135 échantillons analysés. Le variant britannique (B.1.1.7) survient de loin le plus fréquemment. L’incidence des cas confirmés en laboratoire dans les cantons et au Liechtenstein était comprise entre 37 cas pour 100 000 habitants par semaine en Appenzell Rhodes-intérieures et 202 dans le canton d’Uri.

Jusqu’ici, 295 hospitalisations ont été déclarées pour la semaine passée. La précédente, au même moment, leur nombre était de 265. Au vu des déclarations tardives encore attendues, le nombre d’hospitalisations semble donc en augmentation.

Au cours de la semaine passée, 231 275 tests (70,6% de tests PCR et 29,4% de tests rapides antigéniques) ont été effectués. Par rapport à la précédente, le nombre de tests réalisés a augmenté de 18%. La proportion de résultats positifs est restée stable par rapport à la semaine précédente pour les tests PCR (4,7% à 4,9%) et a légèrement diminué pour les tests antigéniques (5,2% à 4,8%).


■ Deux instantanés: art de rue à Bombai

Images saisies dans les rues de Bombai ce jeudi.


■ Le Soudan du Sud reçoit ses premiers vaccins contre le Covid-19

Le Soudan du Sud a reçu jeudi une première livraison de 132 000 vaccins AstraZeneca contre le Covid-19, délivrés via le dispositif Covax destiné aux pays pauvres.

La ministre de la Santé Elizabeth Achuei a déclaré que le pays attendait au total quelque 800 000 doses au premier semestre 2021 à travers ce mécanisme. Les vaccins ont été livrés avec 132 500 seringues et 1325 boîtes destinées à recueillir les aiguilles usagées.

La campagne de vaccination va commencer la semaine prochaine, ciblant les travailleurs essentiels comme les médecins et les infirmières, ainsi que les populations vulnérables telles les personnes âgées.


■ Les routiers dispensés de test entre le Royaume-Uni et la France

Les chauffeurs-routiers venant du Royaume-Uni n’ont plus besoin d’un test PCR ou antigénique pour rentrer en France, selon un décret paru mercredi au Journal officiel.

Les personnes âgées de plus de 11 ans doivent toujours présenter un examen biologique de dépistage virologique réalisé sur le territoire britannique ou irlandais moins de 72 heures avant l’embarquement vers la France.

Mais, «par dérogation, cette obligation ne s’applique pas aux déplacements des professionnels du transport routier dans l’exercice de leur activité», précise le décret, modifiant un texte précédent. Les routiers pouvaient jusqu’à présent présenter un test antigénique capable de détecter le variant anglais du coronavirus, et étaient dispensés de test s’ils avaient passé moins de 48 heures au Royaume-Uni.


■ Le Danemark se méfie toujours d’AstraZeneca

Nous avons aujourd’hui décidé d’étendre notre suspension de trois semaines

, a dit lors d’une conférence de presse le directeur de l’Agence nationale de Santé, Søren Brostrøm, ce jeudi matin. Il explique avoir besoin de «plus de temps» pour exclure entièrement un lien entre les quelques cas connus de caillots sanguins rares mais graves et la vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca.

Le Danemark a été le premier pays à suspendre l’usage de ce produit. La Suède et la Norvège ne l’ont toujours pas réintroduit, leur décision, selon l’agence AFP, devrait être rendue prochainement.


■ Le port du masque à l’extérieur obligatoire à Mendrisio

Après Ascona et Lugano, une troisième commune tessinoise, Mendrisio introduit l’obligation du port du masque à l’extérieur. Cette nouvelle mesure, qui entrera en vigueur le 1er avril, s’applique à toute la zone riveraine du village de Capolago, au bord du lac de Lugano. En outre, l’obligation de porter un masque est en vigueur dans tout le centre-ville de Mendrisio ainsi que dans le parking et les environs d’un centre commercial, a indiqué la municipalité.


■ Il faut vacciner prioritairement les patients chirurgicaux, avance une étude

Les patients en attente d’une opération chirurgicale devraient être vaccinés avant la population générale. Cela permettrait d’éviter des milliers de décès post-opératoires, selon une étude publiée dans le British Journal of Surgery. Entre 0,6 et 1,6% des patients de chirurgie non urgente développent un Covid-19 dans le mois qui suit l’opération, selon cette étude. Le risque de décès devient alors quatre à huit fois plus élevé. Au niveau mondial, vacciner ces patients en priorité pourrait sauver 58 687 vies par année, ont calculé les scientifiques. Ces travaux, évoqués jeudi par la NZZ, se basent sur les données de 141 582 patients de 1667 hôpitaux dans 116 pays. En Suisse, 54 médecins de neuf hôpitaux ont livré les données de 555 patients.


■ Uri interdit une manifestation contre les restrictions sanitaires

Les opposants aux mesures de protection contre le coronavirus ne pourront pas manifester le 10 avril à Altdorf. Les autorités uranaises ont refusé leur demande d’autorisation pour une manifestation réunissant jusqu’à 10 000 personnes.

Dans une vidéoconférence de presse, le gouvernement uranais a invoqué qu’un tel évènement entraînait un risque d’infections trop élevé, alors même que le nombre de nouveaux cas est en progression. Par ailleurs, il est impossible de faire respecter le port du masque dans une manifestation de cette ampleur.

Les organisateurs avaient prévu un rassemblement sur le thème «Fini, le droit de nécessité, non à la loi sur le Covid-19!» en périphérie du chef-lieu du canton d’Uri. Ils ont annoncé qu’ils allaient recourir contre l’interdiction de la manifestation.


■ Le KOF relève ses projections

L’institut KOF, de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, communique son relatif optimisme ce jeudi. Ses experts anticipent un rebond du produit intérieur brut à partir d’avril, lequel devrait se poursuivre l’année prochaine. Les dépenses des ménages et les investissements publics devraient porter ce rebond.

L’institut écrit en outre que «l’économie suisse se redressera progressivement et retrouvera son niveau d’avant la crise au troisième trimestre. Concrètement, dans le scénario de base, le KOF prévoit une croissance du produit intérieur brut de 3,0% cette année et de 2,8% l’année prochaine.»

Jusqu’ici, pour cette année, le KOF n’attendait qu’un redémarrage à hauteur de 2,1%.


■ Un instantané: préparatifs sanitaires des JO de Tokyo

En dépit de multiples polémiques et doutes, les Jeux olympiques de Tokyo se préparent, pour un démarrage le 23 juillet. Ici, dans la préfecture de Fukushima, des ouvriers vont installer des panneaux de prévention.

C’est de là que sera lancé le relais de la flamme olympique, ce jeudi.


■ Vaud va commencer les vaccinations pour les plus de 65 ans

Le gouvernement vaudois annonce qu’il ouvre la vaccination aux personnes de plus 65 ans, nées en 1956 et avant, dès lundi prochain.

La communication du canton écrit que «les deux tiers environ des personnes âgées de plus de 75 ans et des malades chroniques à haut risque ont déjà été vaccinés».


■ La Sarre va rouvrir largement après Pâques

Ce jeudi, la Sarre annonce mettre fin aux principales restrictions anti-Covid juste après le lundi de Pâques sur présentation de tests négatifs. Elle sera le premier Land allemand à franchir ce pas.

A partir du 6 avril, les cinémas, théâtres, salles de concerts, terrasses de cafés et restaurants, clubs de sports vont être rouverts et les restrictions de contacts entre personnes largement assouplies, a annoncé le ministre-président de cette petite région frontalière de la France et du Luxembourg, Tobias Hans, ajoutant que ces assouplissements seraient conditionnés à des tests antigéniques rapides négatifs.


■ Caribana s’annule

Les organisateurs de Caribana parlent de «report», mais c’est à 2022. L’édition 2021 du premier festival grand public estival, sur la Côte, n’aura donc pas lieu. «Comme vous vous en doutiez, la situation pandémique actuelle et le manque de garantie ne nous permettent pas d’organiser un festival comme nous l’aimerions», écrivent-ils.

Il y aura donc, en principe, une édition 2022 du 15 au 19 juin. Le festival précise que «les billets achetés pour l’édition 2020 restent valables, nous vous encourageons à garder votre précieux sésame pour 2022, nous vous garantissons que cette 30e édition aura une saveur particulière pour chacun.»


■ AstraZeneca confirme son chiffre

Le vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca est efficace à 76% contre les cas symptomatiques, a annoncé jeudi le laboratoire suédo-britannique, après une mise à jour de ses données issues d’un essai clinique aux Etats-Unis, au Pérou et au Chili.

Les résultats de «l’analyse primaire des essais de phase III (du vaccin) aux Etats-Unis ont confirmé que (son) efficacité était cohérente» avec les données annoncées lundi, a affirmé AstraZeneca dans un communiqué. Le laboratoire a également annoncé que l’efficacité de son vaccin était de 100% pour prévenir les cas graves de Covid-19, un chiffre similaire à celui annoncé précédemment.


■ Nouveau triste record au Brésil

Le Brésil a dépassé mercredi le seuil des 300 000 morts en un an d’une pandémie désormais hors de contrôle. Selon les données du ministère de la santé, considérées comme sous-estimées par de nombreux scientifiques, 2009 nouveaux décès ont été enregistrés mercredi, ce qui porte le total des morts du covid-19 à 300 685.

90 000 cas par jour. Le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé au monde, derrière les Etats-Unis. Il a enregistré près de 90 000 cas supplémentaires de contamination en 24 heures. En un an, 12,2 millions de personnes ont été infectées dans le pays de 212 millions d’habitants.

La crainte d’un variant. La flambée actuelle de Covid-19 au Brésil suscite une inquiétude croissante chez ses voisins latino-américains mais aussi ailleurs dans le monde, en raison de la propagation du variant amazonien P1, qui serait plus contagieux et plus létal.

Les jeunes aussi. Contrairement à la première vague de 2020, cette deuxième vague affecte gravement tout le pays en même temps. Elle tue aussi des patients plus jeunes. Dans quasiment tous les Etats, les services de soins intensifs des hôpitaux sont au bord du point de rupture et leurs personnels à la limite de l’épuisement.

Notre récent article: Le Brésil, une bombe sanitaire à retardement