C’est la rançon de la gloire. Il n’a fallu que quelques clics et recoupements sur internet pour identifier bon nombre des émeutiers qui ont saccagé le Congrès mercredi et mis en émoi l’Amérique. L’homme torse nu coiffé d’un chapeau de fourrure à cornes, abondamment tatoué et maquillé? Jake Angeli, 32 ans, chanteur et acteur venu de l’Arizona, qui se fait aussi appeler «Yellowstone Wolf» ou, mieux encore, le «Q chamane», du nom du mouvement conspirationniste QAnon. Cet autre homme qui avait pris possession du bureau de la speaker démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi? Richard Bogo Barnett, 60 ans, de l’Arizona lui aussi, qui se décrit lui-même comme un suprémaciste blanc, et qui a été de toutes les manifestations d’extrême droite, dénonçant ce qu’il appelle la transformation des Etats-Unis en une «république bananière».

Lire aussi: Une complotiste, un astronaute… les nouveaux visages du Congrès américain