Justice

Le contesté Brett Kavanaugh est élu à la Cour suprême

Accusé de tentative de viol, chahuté, Brett Kavanaugh est devenu le juge le plus mal élu de la Cour suprême depuis 1881. Pour Donald Trump, la confirmation de sa nomination représente une importante victoire

La confirmation, samedi soir par le Sénat, de la nomination de Brett Kavanaugh comme nouveau juge à la Cour suprême, démontre à quel point le choix est politique. Et à quel point les républicains s’alignent derrière Donald Trump, à quelques semaines des cruciales élections de mi-mandat. Elle révèle aussi les profondes divisions au sein de la société américaine.

Accusé par plusieurs femmes de comportements déplacés et même de tentative de viol, chahuté, critiqué, conspué, le magistrat de 53 ans a malgré tout été intronisé, à une faible majorité de 50 voix contre 48, alors que des Américains sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère. Il détient le record du juge le plus mal élu depuis 1881, date à laquelle Stanley Matthews n’a été élu que grâce à une seule voix de différence.

Pour Donald Trump, c’est un soulagement: il s’agit du deuxième juge à la Cour suprême qu’il est parvenu à imposer, ancrant clairement la plus haute instance judiciaire dans une tendance plus conservatrice. Les juges sont nommés à vie, d’où l’extrême tension qui entoure les nominations.

Lire aussi: Des juges nommés à vie, un privilège de taille

Irruption d’activistes durant le vote

Pendant que les sénateurs votaient, des activistes se sont manifestés depuis la galerie du public et ont hurlé: «Honte à vous!» Ils accusent notamment le FBI d’avoir bâclé le complément d’enquête à propos de Brett Kavanaugh. Rendu public mercredi, ce rapport arrive à la conclusion qu’aucune preuve ne permet de retenir quelque chose de grave contre lui.

A propos d’une plaignante: Le témoignage contre Brett Kavanaugh bouleverse l’Amérique

Au final, samedi, tous les démocrates sauf un ont voté contre le magistrat. Du côté des républicains, la sénatrice de l’Alaska, Lisa Murkowski, a finalement préféré s’abstenir. Dans un premier temps, elle avait affirmé qu’elle voterait contre Brett Kavanaugh, mais un de ses collègues, favorable, ayant été absent, elle a trouvé plus juste de s’abstenir. Certains élus ont subi de fortes pressions, et ont dû bénéficier d’escortes policières. C’est notamment le cas de la républicaine Susan Collins, qui, vendredi soir, a annoncé qu’elle voterait en faveur de Brett Kavanaugh. Elu, le magistrat n’est toutefois pas à l’abri d’un coup de théâtre. Si les démocrates parviennent à reprendre la majorité aux élections de mi-mandat, une destitution pourrait être envisagée.

Le processus de nomination de Brett Kavanaugh a très vite pris des allures de psychodrame. Pendant trois semaines, il a dû se défendre contre des accusations de tentatives d’abus sexuels qui remontent à son adolescence. Elles ont à jamais ruiné sa réputation, estime-t-il, et sa famille en a souffert. Samedi, il a prêté serment alors qu’à quelques mètres de lui, à l’extérieur, une foule réunie près du Capitole et de la Cour suprême le huait. Il y a meilleur contexte pour démarrer une fonction prestigieuse.

Pendant les débats: Dans l’affaire Kavanaugh, Donald Trump horripile son propre camp

Témoignage puissant

Le témoignage de sa principale accusatrice, Christine Blasey Ford, fin septembre devant le Sénat, a marqué. Elle y décrivait la soirée d’été 1982, où, dit-elle, Brett Kavanaugh, qui avait alors 17 ans, aurait tenté de la violer. Au Sénat, le magistrat a réagi de manière agressive, arrivant tout juste à retenir des sanglots. Quant au président des Etats-Unis, il a discrédité l’universitaire – elle est chercheuse en psychologie à Palo Alto, en Californie – allant jusqu’à dire qu’elle s’était «probablement trompée d’homme». Très attendue, l’audition a été suivie par 20 millions d’Américains.

Pour Brett Kavanaugh, ces «bières de trop» et gestes déplacés étaient inadéquats. Mais il dénonce un «coup politique» de la part des démocrates, dans le seul but de lui mettre des bâtons dans les roues. Fait inhabituel, il a publié une tribune libre dans le Wall Street Journal pour se défendre. Christine Blasey Ford n’avait jusqu’ici pas exprimé publiquement d’accusations contre Brett Kavanaugh. D’autres témoignages, par contre, se sont joints à sa voix. Une femme parle d’une autre soirée arrosée, pendant laquelle Brett Kavanaugh aurait exhibé son sexe. Ces témoignages tombent dans un contexte où les Etats-Unis sont très sensibilisés par la question des violences sexuelles, grâce au mouvement #MeToo.

Brett Kavanaugh remplace le juge Anthony Kennedy, qui doit prendre sa retraite. Ce dernier, un républicain modéré, était souvent considéré comme celui qui avait le rôle de pivot au sein de la Cour composée de neuf juges. Brett Kavanaugh est ancré bien plus à droite, à la grande satisfaction des électeurs de Donald Trump. Il a notamment travaillé comme conseiller pour le président George W. Bush. Il a aussi participé à la rédaction du fameux rapport du procureur Kenneth Starr sur les relations entre Bill Clinton et Monica Lewinsky. Pro-armes, anti-avortement, Brett Kavanaugh a beau insister sur son rôle de fidèle mari et père dévoué, il aura de la peine à faire oublier les soupçons peu reluisants qui pèsent sur lui et le contexte chaotique dans lequel il a été élu.

Cette affaire n'est pas sans rappeler celle du juge Clarence Thomas. En 1991, une de ses ex-collègues, Anita Hill, avait témoigné devant le Sénat, en évoquant les propos salaces qu'il avait tenus alors qu'il était son superviseur. Il a été élu malgré ces accusations de harcèlement sexuel. 

Publicité