International

Contre l’extrémisme sur le web, un appel aux bonnes volontés

Une liste d’engagements des gouvernements et des géants d'internet pour lutter contre les contenus terroristes a été présentée mercredi 15 mai à Paris. Jacinda Ardern et Emmanuel Macron ont parrainé l’initiative

D’un côté, un cyberocéan sur lequel voguent des quantités colossales de rumeurs, de contre-vérités, d’incitations à la violence ou de justifications d’actes terroristes. De l’autre, des engagements encore bien timides pour réguler ce trafic de données redoutables et parfois meurtrières.

Mercredi à Paris, l’initiative contre l’extrémisme en ligne lancée en marge du sommet Tech for Good et du salon Vivatech (dont Le Temps est partenaire) a surtout accouché de vœux pieux, cosignés par 26 pays et géants d’internet – dont la France, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Royaume-Uni, le Sénégal et la Commission européenne.