Plutôt que de copier le premier ministre britannique Boris Johnson, qui avait brutalement reconfiné son pays de façon stricte début janvier – Londres compris – et tout misé sur une campagne de vaccination tous azimuts, Emmanuel Macron a choisi de continuer à slalomer. Désormais coupé en deux entre les 16 départements «rouge écarlate» et les zones moins touchées par la prolifération des variants, l’Hexagone est condamné à boiter encore de longs mois sur le plan sanitaire. Un choix qui peut étonner, mais qui s’avère logique tant la France, en réalité, n’avait guère d’autre choix.

Lire également: Emmanuel Macron face au covid, un président mutant