Le convoi était parti vendredi depuis le centre de retraitement français de La Hague où les déchets retraités avaient été embarqués sur un train à destination de l’Allemagne. Les déchets avaient ensuite été transbordés sur des camions pour accomplir les derniers 20 kilomètres entre la gare de Dannenberg et Gorleben.

Arrivés à Dannenberg (nord de l’Allemagne) par train lundi en provenance de La Hague (France), ces déchets radioactifs allemands, retraités par le français Areva, ont été transbordés lundi jusque tard dans la soirée dans onze conteneurs spéciaux, les «Castors», qui doivent rallier en camion le site de Gorleben, à vingt kilomètres de là. Devant la gare de Dannenberg, cinq manifestants appartenant à Greenpeace bloquaient la route vers Gorleben, installés dans un container sur un camion destiné à transporter des boissons.

La police a commencé cette nuit à déloger les antinucléaires installés devant le site de Gorleben, une ancienne mine de sel. Aucun incident n’était pour l’instant à déplorer. Le périple de ces déchets radioactifs a commencé vendredi dernier. Ils ont parcouru plus de mille kilomètres, au milieu de manifestations d’écologistes.

Le mouvement antiatome redouble de vigueur en Allemagne depuis la décision du gouvernement d’Angela Merkel cette année de prolonger l’exploitation des 17 centrales nucléaires, que son prédécesseur social-démocrate Gerhard Schröder (1998-2005) voulait fermer.