«Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas.» François Fillon, empêtré depuis janvier dans une affaire d’emplois fictifs présumés de sa femme, maintient sa candidature à l’élection présidentielle française. Lors d’une déclaration à la presse, le candidat de la droite a confirmé être convoqué par les juges d’instruction le 15 mars pour être mis en examen. Il affirme ne pas avoir été «traité comme un justiciable comme les autres», parlant même d’un «assassinat politique».

Ce mercredi matin, François Fillon avait reporté sa visite au Salon de l’agriculture. L’annonce subite de son changement de programme a semblé prendre de court son équipe de campagne, déjà présente sur le site du salon, dans le sud de Paris.

Lire aussi: Candidats contre juges, le duel présidentiel français

Triomphalement désigné lors de la primaire de la droite fin novembre, François Fillon est en grande difficulté depuis la révélation de cette affaire fin janvier, qui éclabousse aussi deux de ses enfants, par l’hebdomadaire «Le Canard enchaîné». Il avait lui-même indiqué qu’il se retirerait s’il était inculpé, avant de faire machine arrière, expliquant s’en remettre désormais «au seul suffrage universel».

Une ligne de défense réaffirmée ce mercredi. «C’est au peuple français que je m’en remets», assure le candidat conservateur. Une décision qui ne convainc pas Bruno Le Maire. L'ancien ministre et candidat à la primaire de la droite a démissionné de ses fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon. «Je crois au respect de la parole donnée. Elle est indispensable à la crédibilité de la politique», a-t-il déclaré.

Chute dans les sondages

François Fillon, qui partait grand favori de l’élection présidentielle, a chuté dans les sondages. La candidate de l’extrême droite Marine Le Pen et l’ancien ministre de l’Economie du président socialiste François Hollande, Emmanuel Macron, repositionné au centre, sont désormais les mieux placés pour se qualifier au second tour du scrutin prévu en mai.

Depuis le début de l’année, la plupart des réunions publiques de François Fillon sont désormais accompagnées de concerts de casseroles, souvent brandies par des militants de gauche. Le Salon de l’agriculture est un passage traditionnel obligé en France pour tout responsable politique, et a fortiori pour des candidats à une présidentielle.

Lire cette analyse: Pourquoi François Fillon pense pouvoir tenir