Peter Madsen, ingénieur danois autodidacte envahi de fantasmes morbides, a été condamné mercredi à la prison à vie pour l'assassinat, précédé de sévices sexuels, de la jeune journaliste suédoise Kim Wall dans son sous-marin privé en août 2017 près de Copenhague.

Peter Madsen, 47 ans, a été reconnu coupable du meurtre avec préméditation de Kim Wall, 30 ans, ainsi que de lui avoir infligé des mutilations sexuelles et d'avoir démembré et décapité son cadavre avant de le disperser en mer.

Peter Madsen a commis «un meurtre cynique, prémédité, d'une nature particulièrement violente», ont estimé la juge professionnelle et les deux jurés du tribunal de Copenhague.

Il plaidait la thèse de l'accident

T-shirt sous veste noire, le condamné, qui plaidait la thèse de l'accident, a écouté le verdict debout puis s'est assis près de son avocate commise d'office, manifestement affecté, selon une journaliste de l'AFP. Il a annoncé faire appel.

L'affaire, unique dans les annales judiciaires du Danemark où seuls 25 détenus purgent une peine d'enfermement à vie, a connu un retentissement médiatique sans précédent dans le royaume. Une centaine de journalistes danois et étrangers étaient mercredi à Copenhague pour entendre le verdict.

Malgré la bataille d'experts, le manque de preuves matérielles irréfutables et l'état de décomposition avancée du corps de Kim Wall, qui n'a pas permis de déterminer les causes de sa mort, le tribunal a suivi le réquisitoire du parquet.

Des traces de traumatisme

«Le corps de la victime portait des signes de traumatisme survenu de son vivant, et des blessures infligées à l'instant de sa mort ou peu de temps après», a motivé la juge.

Peter Madsen, a-t-elle poursuivi, a prémédité son crime en réunissant à bord de son sous-marin des outils qui n'ont rien y à faire, dont une scie à bois, un tournevis affuté de 50 cm, des sangles de valise dont les dessins correspondent aux marques sur les bras de la victime.

Selon les psychiatres, Peter Madsen, qui s'est lui-même décrit auprès de proches comme un «psychopathe affectueux», est «un danger pour autrui» et présente un «risque très élevé» de récidive. Dénué d'empathie, il avait répondu aux médecins qui lui demandait pourquoi il avait démembré le corps de Kim Wall: «Quand on a un gros problème, on le coupe en morceaux.»

A ce sujet: Peter Madsen reconnaît avoir découpé le corps de la journaliste Kim Wall

Kim Wall avait disparu dans la nuit du 10 au 11 août 2017 après avoir embarqué dans la soirée à Copenhague sur l'UC3 Nautilus, un sous-marin de 18 mètres construit par Peter Madsen, que les Danois connaissent pour avoir aussi lancé des fusées à près de 10 kilomètres d'altitude, et qu'elle voulait interviewer.

Peter Madsen avait été secouru le 11 alors que son sous-marin sombrait, sabordé par lui pour maquiller les traces de son crime, selon l'accusation.

Des recherches précises sur Internet

Pour l'accusation, Peter Madsen a torturé et assassiné Kim Wall aux fins de satisfaire un fantasme sexuel et morbide. La jeune femme a subi 14 perforations autour des parties génitales, puis a été égorgée ou étouffée. Au cours du procès qui s'est ouvert le 8 mars, la cour a visionné quelques-unes des 40 vidéos «gore» retrouvées sur l'ordinateur du meurtrier, dans lesquelles des femmes sont violées, mutilées, égorgées, empalées ou pendues.

Et quelques heures avant de rencontrer Kim Wall, il effectuait une recherche sur Internet en tapant les mots-clés «femmes», «agonie», «décapitation». Pure coïncidence, a-t-il lancé au procureur.

Un effet sur le classement de RSF

Hasard du calendrier, Reporter sans frontières (RSF) a publié quelques heures avant le verdict son rapport annuel sur la liberté de la presse dans le monde. Le Danemark rétrograde de la 4e à la 9e place à cause du meurtre de Kim Wall, tuée dans l'exercice de sa profession.