Pyongyang a démenti vendredi que l’étudiant américain Otto Warmbier, décédé aux Etats-Unis après avoir été libéré dans le coma au terme de 18 mois de détention en Corée du Nord, ait été torturé ou maltraité dans sa prison.

Il s’agit de la première réaction de la Corée du Nord à l’annonce de la mort, lundi aux Etats-Unis, de l’étudiant de 22 ans qui avait été rapatrié le 13 juin dans le coma.

Lire: L’étudiant américain libéré par Pyongyang, Otto Warmbier, est décédé

Il avait été condamné en Corée du Nord à 15 ans de travaux forcés pour le vol d’une affiche de propagande.

«Nos agences compétentes traitent tous les criminels […] dans le respect des lois nationales et des standards internationaux», a affirmé un porte-parole du Conseil pour la réconciliation nationale, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Le président sud-coréen Moon Jae-in, attendu la semaine prochaine aux Etats-Unis, avait déclaré mardi tenir pour responsable du décès de Warmbier le régime «irrationnel» de Pyongyang.

Le président américain Donald Trump a vu dans ce décès «un scandale absolu».

Une «campagne de diffamation»

Le porte-parole nord-coréen a accusé la Corée du Sud d’utiliser le décès d’Otto Warmbier pour obtenir la libération de six détenus sud-coréens.

«Ils n’ont absolument aucune idée de la façon dont Warmbier a été bien traité […] mais ils osent prononcer les mots de «mauvais traitement » et de «torture», a-t-il dit, selon KCNA.

«La campagne de diffamation menée aux Etats-Unis contre la RPDC nous oblige à faire savoir que le comportement humanitaire et la bienveillance à l’égard de l’ennemi sont un tabou et que nous affûterons encore la lame de la justice», a déclaré dans un média officiel un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, citant les initiales officielles de la République populaire et démocratique de Corée.

Otto Warmbier a été inhumé jeudi dans l’Ohio, aux Etats-Unis.

Lire aussi: Malgré la tension, des Suisses continuent de voyager en Corée du Nord