Les Etats-Unis sont prêts à utiliser leurs capacités nucléaires au cas où la Corée du Nord continuerait à les menacer ou à menacer leurs alliés, a déclaré dimanche la Maison-Blanche. Après le nouvel essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, le président Donald Trump s’est entretenu au téléphone avec le premier ministre japonais Shinzo Abe, a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué.

«Les deux dirigeants ont condamné la poursuite des actions de déstabilisation et de provocation de la Corée du Nord, ont confirmé les inébranlables engagements mutuels des deux pays en matière de défense, et se sont engagés à continuer à coopérer étroitement», déclare le communiqué.

Lire aussi: Washington met la pression sur Pyongyang tout en saluant sa «retenue»

«Le président Trump a réaffirmé l’engagement des Etats-Unis à défendre notre patrie, nos territoires et nos alliés en utilisant la gamme complète des capacités diplomatiques, conventionnelles et nucléaires dont nous disposons», rapporte le communiqué de la présidence américaine.

L’avertissement de Jim Mattis

Quelques heures plus tôt, les Etats-Unis ont prévenu la Corée du Nord qu’ils pourraient déclencher «une réponse militaire massive» si elle menaçait leur territoire ou celui de leurs alliés. L’avertissement a été formulé par le secrétaire à la Défense Jim Mattis à la suite d’une réunion d’urgence convoquée par Donald Trump de ses conseillers dans le domaine de la sécurité nationale.

Lire aussi: Le test d’une bombe H par Pyongyang met la planète sens dessus dessous

La réunion avait pour but d’examiner les conséquences du sixième essai nucléaire nord-coréen, qui était selon Pyongyang celui d’une bombe à hydrogène ou bombe H, beaucoup plus puissante que la bombe atomique ou bombe A.

La riposte de Séoul

De son côté, la Corée du Sud a mené lundi matin des manœuvres impliquant des missiles balistiques en réponse à l’essai nucléaire effectué par la Corée du Nord, a rapporté l’agence officielle sud-coréenne Yonhap.

L’armée sud-coréenne a conduit un exercice à munition réelle simulant une attaque sur le polygone de tir nucléaire nord-coréen, touchant «des cibles choisies dans la mer du Japon», a écrit Yonhap en citant l’état-major interarmes.

«L’exercice est intervenu en réponse au sixième tir nucléaire du Nord […] et a impliqué le missile balistique sud-coréen Hyunmoo et des chasseurs F-15K», selon l’agence. L’armée sud-coréenne a précisé que les cibles choisies étaient à une distance équivalente à celle du polygone de tir nucléaire nord-coréen de Punggye-ri, dans le nord-est du pays.