Alors que huit nouveaux décès dus à de la «fièvre» ont été enregistrés en Corée du Nord, le dirigeant Kim Jong-un a appelé à la mobilisation immédiate de l'armée pour résoudre des problèmes de «réserves de médicaments» dans la capitale Pyongyang, a affirmé dimanche l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Lire aussi: Covid-19: la Corée du Nord évoque six morts de «fièvre»

Cet état des lieux intervient quatre jours après l'annonce officielle du tout premier cas de Covid-19 dans le pays. L'épidémie, qui, selon Kim Jong-un provoque «de grands bouleversements», frappe un pays dont le système de santé est l'un des pires au monde.

La Corée du Nord ne dispose d'aucun vaccin contre le Covid, aucun médicament antiviral et ne peut mener de campagne de dépistage de masse.

Un manque de réactivité critiqué par Kim Jong-un

Selon KCNA, Kim Jong-un s'est plaint, lors d'une réunion d'urgence du bureau politique dimanche, que «les ordres n'ont pas encore été correctement exécutés et que les médicaments n'ont pas été correctement fournis aux pharmacies». Et les pharmacies n'ont pas respecté l'ordre de rester ouvertes 24 heures sur 24, a-t-il ajouté.

«Les responsables du gouvernement et du service public de la santé en charge de l'approvisionnement ne se sont pas retroussé les manches, ne prenant pas la pleine mesure de la crise actuelle, se contentant de parler de l'esprit de dévouement au service du peuple», a asséné le dirigeant.

Lire également: Pyongyang annonce son tout premier cas de Covid-19, une «grave urgence nationale»

Selon l'agence officielle, le bilan total s'établit à 1 213 550 cas de fièvre, 50 morts, et au moins 564 860 personnes sous traitement.