Les droits des enfants à travers le monde sont «gravement affectés» par la crise du nouveau coronavirus, et les mesures de confinement induites, a annoncé mardi une organisation de défense des droits des enfants KidsRights. «Cette crise fait reculer des années de progrès réalisés en matière de bien-être des enfants», a déclaré dans un communiqué Marc Dulleart, fondateur et président de KidsRights.

La fermeture des écoles a notamment rendu les jeunes «très vulnérables» au travail et au mariage des enfants, met en garde l'organisation.

Lire aussi: Le Covid-19 chez les enfants, des preuves scientifiques insuffisantes

La Suisse, deuxième du classement sur le respect des droits des enfants

La pression sur les soins de santé a également mis fin à certains programmes de vaccination contre des maladies telles que la polio et la rougeole et «entraînera un pic de la mortalité infantile avec des centaines de milliers de décès supplémentaires», estime KidsRights. Selon l'ONG, la suspension des campagnes de vaccination contre la rougeole dans au moins 23 pays affecte jusqu'à présent plus de 78 millions d'enfants âgés de 9 ans ou moins.

Lire encore: Le Covid-19 pourrait tuer indirectement jusqu'à 6000 enfants par jour en six mois

Accorder une attention particulière aux droits des enfants est «par conséquent plus nécessaire que jamais», a souligné Marc Dulleart à l'occasion de la publication du KidsRights Index 2020, qui classe 182 pays en fonction de leur respect de ces droits.

L'Islande arrive première de ce classement annuel basé sur des données de l'ONU, suivie de la Suisse et de la Finlande. Le Tchad, l'Afghanistan et la Sierra Leone se placent en dernière position.