Le nouveau coronavirus a provoqué la mort de 1113 personnes en Chine continentale (hors Hongkong et Macao), les autorités nationales de la santé rapportant mercredi 97 nouveaux décès. Dans son bulletin quotidien, la Commission nationale de la santé a également fait état de 2015 nouveaux cas de contamination, une baisse par rapport aux jours précédents. Un total de 44 653 personnes contaminées ont désormais été répertoriées en Chine continentale.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé mardi qu'il y avait une «chance réaliste de stopper» la propagation dans le monde du nouveau coronavirus, désormais officiellement appelé «Covid-19» et apparu en décembre à Wuhan (centre).

Estimant qu'il y avait une «chance réaliste de stopper» l'épidémie, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a souligné mardi lors d'une conférence à Genève que - même si plus de 99% des cas étaient localisés en Chine - le virus représente «une très grave menace pour le reste du monde». Il a également appelé les pays concernés à partager leurs informations, afin de développer la recherche sur la maladie.

Lire aussi: Wuhan, un centre économique méconnu

174 cas de contamination à bord du paquebot au Japon

Trente-neuf nouveaux cas de contamination par le coronavirus Covid-19 ont été détectés à bord du paquebot Diamond Princess mis en quarantaine près de Yokohama (sud-ouest de Tokyo), portant le total à 174, a annoncé mercredi le ministre japonais de la santé.

«Sur 53 nouveaux résultats de tests, 39 personnes ont été détectées positives», a déclaré à des journalistes le ministre, Katsunobu Kato, ajoutant qu'un officier de quarantaine avait été lui aussi infecté par le virus. Au total, 492 personnes ont été testées sur les 3711 passagers et membres d'équipage initialement présents à bord du bateau de croisière.

Lire aussi l'opinion: Face au coronavirus, «Le Temps» doit naviguer à vue

Entre arrêts prolongés au port de Yokohama et brèves sorties en mer pour des raisons techniques, les jours passent et la situation à bord s'aggrave, ce qui vaut au gouvernement japonais des critiques de la part de passagers s'exprimant via les réseaux sociaux.

Bien que soient détectés de nouveaux cas, les autorités ne prévoient pas pour le moment d'étendre la période de quarantaine, qui en théorie doit prendre fin le 19 février.

«A ce stade, parmi les personnes hospitalisées (évacuées du navire), quatre sont dans un état grave, sous assistance respiratoire ou en soins intensifs», a précisé Katsunobu Kato.