Le nouveau coronavirus a fait 902 morts en Chine continentale, où le nombre des personnes infectées avoisine les 40 000, selon le bilan établi lundi par les autorités. Quelque 91 nouveaux décès ont été répertoriés dans le Hubei, province du centre de la Chine dont la capitale est Wuhan, foyer de l'épidémie. Le virus 2019-nCoV, apparu en décembre sur un marché de Wuhan, a en outre tué deux autres personnes dans le monde, une aux Philippines et une autre à Hongkong.

En Chine continentale, avec 2618 cas supplémentaires d'infection annoncés lundi dans le Hubei, le bilan est désormais de plus de 39 800 malades. Le ralentissement est notable : 3900 nouvelles contaminations avaient par exemple été annoncées mercredi dernier. Il y avait eu environ 2600 cas répertoriés dimanche.

Lire également: Le coronavirus a fait plus de 800 morts, soit davantage que le SRAS 

Pour le spécialiste américain Ian Lipkin, de l'Université Columbia, l'épidémie pourrait atteindre un pic dans les deux semaines, avant de refluer nettement - même si un «sursaut» est possible lorsque les gens reprendront massivement le travail.

L'épidémie se stabilise

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de contaminations relevées quotidiennement en Chine se stabilise, mais il est trop tôt pour conclure que l'épidémie a dépassé son pic.

Lire également l'analyse: Le coronavirus fait douter les marchés 

«Nous enregistrons une période de stabilité de quatre jours, où le nombre de cas rapportés n'a pas progressé. C'est une bonne nouvelle et cela pourrait refléter l'impact des mesures de contrôle», a déclaré le responsable des programmes sanitaires d'urgence de l'OMS, Michael Ryan.

Une «mission internationale d'experts» de l'OMS dirigée par Bruce Aylward, vétéran ayant travaillé sur d'autres urgences sanitaires, est partie dimanche soir pour la Chine, a annoncé l'organisation.

Des cas inquiétants d'infection

L'expansion du nouveau coronavirus hors de Chine pourrait s'accroître avec la transmission de la maladie par des personnes n'ayant jamais voyagé dans ce pays, a prévenu le directeur général de l'OMS. «Il y a eu des cas inquiétants de propagation du # 2019nCoV par des personnes sans antécédents de voyage», en Chine, a tweeté Tedros Adhanom Ghebreyesus en utilisant la dénomination scientifique provisoire du virus.

«La détection d'un petit nombre de cas peut indiquer une transmission plus répandue dans d'autres pays; bref, nous ne voyons peut-être que la partie émergée de l'iceberg», a ajouté l'Ethiopien.

Alors que l'expansion de l'épidémie hors de Chine semble plutôt mesurée, Tedros Adhanom Ghebreyesus a prévenu qu'elle pourrait s'accélérer: «Le confinement (du virus) reste notre objectif, mais tous les pays doivent utiliser la fenêtre d'opportunité créée par la stratégie de confinement pour se préparer à l'arrivée éventuelle du virus.»


En vidéo: les explications d'un expert de l'EPFL