L'avion transportant cinq Suisses évacués de la région chinoise touchée par le coronavirus a atterri peu après 14h30 à la base aérienne française d'Istres-Le Tubé, près de Marseille. Ses passagers seront mis en quarantaine pendant 14 jours.

Des passagers de trente nationalités différentes, notamment des citoyens suisses, français, belges et autrichiens se trouvaient à bord de l'A380 de la compagnie Hi Fly Malta, qui a posé ses roues sur le tarmac français à 14h30, selon le site flightradar24.

Lire aussi: Plus de 300 morts du coronavirus, dont le premier hors de Chine

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé dimanche dans un communiqué que cinq citoyens suisses et leurs trois plus proches parents chinois ont pu quitter Wuhan sur un vol opéré par le gouvernement français. Deux passagers ont décidé, peu avant le départ, de rester sur place, ont ajouté les services du conseiller fédéral Ignazio Cassis.

Equipage protégé

Comme lors du précédent vol, aucun des passagers ne présentait de symptômes d'une infection au nouveau coronavirus apparu à Wuhan, où ils ont embarqué, au départ de l'avion, a assuré Adrien Taquet, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé.

Les passagers ont dû se soumettre à des contrôles de santé à l'aéroport de Wuhan avant le départ. Ils portaient des masques durant le vol alors que le personnel était protégé par des combinaisons de protection, comme le montrent les vidéos que le journaliste de CNN Antoine Crouin, en contact avec un passager, a publiées sur Twitter.

Une partie des passagers sera accueillie à l'Ensosp (Ecole nationale supérieurs des officiers de sapeurs-pompiers), un centre proposant plus de 500 studios sur la commune d'Aix-en-Provence, où ils seront placés en confinement pour 14 jours.

Les autorités françaises sont responsables des procédures et des mesures médicales auxquelles les personnes rapatriées devront s’astreindre, détaille le DFAE, qui précise qu'il continuera à coopérer, en compagnie de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) avec les autorités françaises.