Plus de 1100 personnes au total ont succombé à la maladie hors de Chine continentale, pays qui a recensé 3100 décès, selon un comptage réalisé par l'Agence France-Presse (AFP) à partir de chiffres officiels.

Aux Etats-Unis, New Rochelle va être placée en confinement

Aux Etats-Unis, le nombre de contaminations a dépassé les 1000 cas et 28 personnes sont décédées, selon l'université américaine Johns Hopkins, après que des experts sanitaires ont reproché aux autorités d'avoir minimisé la crise et d'avoir pris du retard dans la mise au point des tests de dépistage.

Dans une étude parue lundi dans le Journal of the American Medical Association, des épidémiologistes des universités Johns Hopkins et Stanford ont rappelé que le seul test utilisé au début de l'épidémie était celui développé par les Centres américains de contrôle des maladies (CDC). Mais à cause d'un problème de réactif, les premiers kits distribués par les CDC ont parfois donné des résultats non concluants - ni positifs, ni négatifs. Les premiers tests ont également été limités aux personnes ayant voyagé dans les zones à risque et celles ayant été en contact avec des personnes infectées.

Lire encore: Covid-19: Donald Trump, aux abois, veut stimuler l’économie

Des critères plus larges pour la détection, ainsi que des tests plus diversifiés, «auraient pu aider à identifier les premiers cas aux Etats-Unis et à contenir le virus», a indiqué Michelle Mello, de l'université de Stanford, coauteure de l'étude. Les problèmes de mise au point «sont toujours un risque», a-t-elle souligné sur son blog de l'université, tout en reprochant aux CDC d'avoir «mis tous leurs oeufs dans le même panier».

Conséquence de la propagation du virus: New Rochelle, dans la banlieue de New York, va être placée en confinement. Le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a expliqué que les soldats de la Garde nationale, en nombre non précisé, seraient envoyés dans «une zone de confinement» de 1,6 km de rayon, au sein de cette ville de 80 000 habitants. Ils seront chargés de «ravitailler les habitants et nettoyer les écoles».

Plus de 36 000 contaminations hors de Chine

L'heure est, en revanche, à l'assouplissement des dispositifs en Chine, où le président Xi Jinping a affirmé que la propagation du coronavirus était «pratiquement jugulée». De fait, seules 24 nouvelles contaminations ont été enregistrées en 24 heures en Chine, un ralentissement spectaculaire par rapport aux centaines annoncées quotidiennement par Pékin en février. Le gouvernement a également recensé 22 morts.

Hors des frontières chinoises, l'épidémie avance. Au total, plus de 117 000 cas de contamination, dont 36 000 environ hors de Chine, ont été recensés dans plus de 100 pays et territoires, selon le dernier bilan établi par l'AFP. L'épidémie se répercute sur le quotidien, avec les écoles «fermées dans 15 pays, affectant 363 millions» de jeunes, s'est alarmée l'Unesco.

Lire également: Les médecins lombards en première ligne contre le coronavirus

Le nombre des victimes augmente en effet significativement dans plusieurs pays comme l'Iran (plus de 8000 cas, près de 300 morts) et l'Espagne (plus de 1600 cas), avec un premier décès au Maroc, au Liban et au Panama (premier en Amérique centrale).

Pour la première fois en cinq jours, Séoul a annoncé une hausse du nombre de nouveaux cas d'infections au coronavirus, alors que la baisse des derniers jours avait donné à espérer une issue prochaine de cette crise. Au total, 242 nouveaux cas ont été recensés mardi, ce qui porte le total de personnes qui ont été infectées en Corée du Sud à 7755. Séoul a déploré six nouveaux décès, ce qui porte le bilan à 60 morts.

Deuxième jour «a casa» mercredi pour les Italiens, l'épidémie de Covid-19 ayant déjà tué plus de 600 personnes dans la péninsule. Mercredi, une nouvelle fois, tous les Italiens doivent «éviter les déplacements», sauf pour aller travailler, se ravitailler ou pour des soins médicaux. Et les touristes ne pourront pas visiter la basilique et la place Saint-Pierre du Vatican avant le 3 avril. 

Lire aussi: Pour Emmanuel Macron, un virus européen

En France, le président Macron a expliqué que le pays en était «au tout début de cette épidémie», avec près de 1800 cas et 33 décès, écartant, sans les exclure, des dispositifs aussi draconiens qu'en Italie. Au Royaume-Uni, une ministre déléguée à la Santé âgée de 62 ans a annoncé avoir été contaminée par le virus.

Des événements annulés ou reportés

Les grands rendez-vous sportifs sont particulièrement touchés par l'épidémie avec des reports en cascade, à l'instar du Grand Prix moto des Amériques d'Austin au Texas, de celui des 24 Heures du Mans moto en France, et de l'ensemble des compétitions en Algérie. 

Le club de football de Manchester City a reporté, mercredi, la rencontre de championnat contre Arsenal prévue dans la soirée. Le Parc des Princes à Paris sonnera creux pour le huitième de finale retour de Ligue des champions contre Dortmund, à huis clos.  Le match de préparation à l'Euro-2020 de football entre l'Allemagne et l'Italie, s'il sera bien joué à la date prévue du 31 mars à Nuremberg, le sera aussi sans public, tout comme France-Ukraine et France-Finlande (27 et 31 mars).

Lire également l'opinion: Le virus de la censure

Côté culture, le célèbre festival californien de musique Coachella, prévu en avril, a aussi été reporté à octobre. Le festival de Cannes, qui se déroule en mai en France, se veut optimiste mais n'exclut pas pour autant une annulation.