Les attaques contre les intérêts chinois en Birmanie vont-elles changer la donne pour Pékin? Dimanche 14 mars, des protestataires birmans s’en sont pris à des dizaines d’entreprises et des ressortissants chinois, faisant plusieurs blessés, d’après l’ambassade de Chine sur place. Les manifestants birmans accusent ce pays de soutenir la junte militaire à l’origine du coup d’Etat du 1er février.

La position de Pékin dans ce conflit est ambiguë: principal partenaire économique de la Birmanie, la Chine apparaît comme soutien naturel de la junte militaire de Rangoun. Mais elle avait aussi développé des relations privilégiées avec la dirigeante choisie par le peuple, Aung San Suu Ki, arrêtée le jour du coup d’Etat. Face à un sentiment anti-chinois exacerbé chez les manifestants et à un pouvoir militaire qui se méfie également d'elle, la Chine semble dans l’embarras quant à la conduite à tenir.