La HCC «déclare que M. Andry Rajoelina exerce les attributions du président de la République énoncées par les dispositions de la Constitution», après avoir «validé» l’ordonnance de transfert des pleins pouvoirs à M. Rajoelina par le directoire militaire, dans un document dont l’AFP a obtenu une copie. Ce document, signé du président de la HCC Jean-Michel Rajaonarivony et de ses huit autres membres, précise que M. Rajoelina exerce ces fonctions «pour une durée de 24 mois au maximum».

La HCC a également validé l’ordonnance précédente par laquelle le président Marc Ravalomanana, lâché par l’armée, a démissionné mardi en transférant les pleins pouvoirs au directoire militaire. L’armée malgache avait transmis quelques heures plus tard les «pleins pouvoirs» au chef de l’opposition. L’ancien président, menacé d’arrestation, a depuis disparu.

Fort de l’onction de la justice constitutionnelle, le président en exercice a assuré qu’il «ferait tout (son) possible pour que les Malgaches sortent de la pauvreté» devant 15 000 partisans rassemblés sur la place du 13-Mai, haut lieu de son bras de fer de trois mois avec Marc Ravalomanana.

«Je ne vais pas vendre de riz et d’huile», a-t-il lancé à la foule en référence à son prédécesseur, propriétaire d’un empire agroalimentaire à Madagascar. «Je ferai baisser les prix. Je vais discuter avec les opérateurs économiques pour faire baisser le prix du riz», aliment de base dans un des pays les plus pauvres de la planète.

«Pour le bien du peuple de Madagascar, je vais revendre Force One», l’avion présidentiel récemment acheté par M. Ravalomanana, a-t-il également promis, ajoutant qu’avec l’argent de la vente, il entendait «monter un hôpital pour la santé du peuple, qui est prioritaire».

Le nouveau président a également affirmé avoir parlé avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhadi, président en exercice de l’Union africaine, «de l’avenir de Madagascar», où l’UA a prévu de tenir son prochain sommet. «Ce sera un honneur pour Madagascar de recevoir le sommet», a assuré M. Rajoelina.