Les Etats-Unis ont déploré mardi 1592 décès supplémentaires liés au coronavirus en 24 heures, un lourd bilan journalier qui n'avait pas été atteint depuis deux mois et demi, selon les chiffres à 20h30 locales (2h30 en Suisse) de l'université Johns Hopkins. Il faut remonter à la mi-mai pour trouver un bilan de décès sur 24 heures plus lourd que celui de mardi (1680 morts le 15 mai).

Le pays a par ailleurs de nouveau recensé plus de 60 000 cas d'infection au coronavirus en une journée, après une légère baisse ces deux derniers jours.

Lire aussi: Le coronavirus tue à nouveau plus de 1000 Américains par jour

Le nombre total de cas de Covid-19 diagnostiqués aux Etats-Unis dépasse désormais les 4,34 millions, et le pays déplore plus de 149 000 morts depuis le début de la pandémie, ce qui en fait de loin le plus endeuillé au monde.

Des chiffres inférieurs au pic d'avril

Après avoir connu une amélioration vers la fin du printemps, les Etats-Unis voient depuis fin juin l'épidémie repartir à la hausse, notamment dans le sud et l'ouest du pays. Il y a deux semaines, les nouvelles infections diagnostiquées chaque 24 heures ont dépassé les 60 000 durant douze jours consécutifs (dont trois jours à plus de 70 000).

La Floride inquiète particulièrement. Avec 186 décès en un jour mardi, elle a dépassé les 6000 morts au total. Elle est désormais le deuxième Etat à recenser le plus de cas (plus de 440 000 au total), derrière la Californie. Ces deux Etats ont dépassé le nombre d'infections détectées à New York, qui a longtemps été l'épicentre de l'épidémie américaine, mais où elle est désormais sous contrôle.

Lire encore: Déconfinement: la Californie fait marche arrière

Face à l'explosion des nouvelles contaminations, les experts craignent que la courbe des morts ne suive la même trajectoire, avec retard, puisque le consensus scientifique est que la vague de décès suit de trois ou quatre semaines celle des infections. Elle a déjà commencé à remonter. En fin de semaine dernière, le nombre de morts recensés avait dépassé la barre des 1000 décès quatre jours de suite, ce qui n'était pas arrivé depuis fin mai.

Ces niveaux ne sont toutefois pas encore équivalents à ceux enregistrés aux Etats-Unis fin avril, lorsqu'une bonne partie du pays était confinée et que la barre des 2000 décès journaliers était régulièrement franchie.

Lire également: Suerie Moon: «Avec le coronavirus, les Etats-Unis courent au désastre»

Le message confus de Donald Trump

Face à cette recrudescence, le président Donald Trump a une nouvelle fois brouillé le message sur le Covid-19 alors qu'il avait opéré un virage spectaculaire il y a une semaine, reconnaissant la gravité de la crise sanitaire et appelant à porter un masque.

Mardi, il a retweeté une vidéo montrant un groupe de médecins expliquer que les masques ne sont pas nécessaires et qu'il «existe un médicament» pour traiter le coronavirus, l'hydroxychloroquine. La vidéo a été supprimée par Facebook, YouTube et Twitter pour désinformation.

Sur le même sujet: Coronavirus: l’OMS arrête les essais sur l’hydroxychloroquine

L'Agence américaine du médicament (FDA) a recommandé mi-juin de ne pas prescrire l'hydroxychloroquine aux malades du Covid-19 en raison des risques pour le coeur.