Shanghai sera soumise à partir de lundi à un confinement par secteur, face à un rebond de l'épidémie de Covid-19 lié au variant Omicron, a annoncé dimanche le gouvernement de la plus grande ville chinoise.

La partie est de la ville sera confinée pour cinq jours afin de permettre le dépistage de sa population, suivie par la partie ouest pour la même durée à partir du 1er avril. Shanghai compte au total 25 millions d'habitants.

La Chine applique toujours une stratégie «zéro-covid» de plus en plus contestée depuis que les variants la mettent à mal, deux ans après le début de la pandémie.

La métropole est devenue ces derniers jours l’épicentre d’une nouvelle vague de contaminations dans l’ensemble de la Chine, qui a commencé à s’accélérer début mars.

Des chiffres inédits pour la Chine

La Commission nationale de la santé a fait état dimanche de plus de 4500 nouvelles contaminations, un chiffre inférieur de plus de 1000 à ceux enregistrés au cours des jours précédents, mais bien supérieur à ceux des deux dernières années.

Des millions d’habitants de régions touchées dans l’ensemble du pays ont été soumis à des confinements décrétés dans des villes comme la cité industrielle de Shenyang (nord-est), capitale de la province du Liaoning, frontalière de celle du Jilin, la plus touchée par la récente vague épidémique.

Shanghai a toutefois évité un confinement total, les responsables jugeant impératif de maintenir ouverts le port et le pôle financier de la ville, afin de préserver l’économie nationale et aussi mondiale.

Bien que les chiffres concernant les nouveaux cas quotidiens de diffusion du virus soient très bas en comparaison avec d’autres pays dans le monde, ce sont les plus hauts en Chine depuis les premières semaines de la pandémie qui avait émergé à Wuhan à la fin de l’année 2019.