Les Pays-Bas vont être soumis à un «confinement partiel» à partir de mercredi pour tenter de freiner la poussée de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le premier ministre Mark Rutte. «Cela va faire mal, mais c'est la seule solution. Nous devons être plus stricts», a-t-il ajouté, précisant que ces mesures entraient en vigueur mercredi.

Cette mesure prévoit notamment la fermeture des bars et des restaurants. Après des mois de refus du port du masque, Mark Rutte a finalement décidé de le rendre obligatoire dans tous les espaces clos pour les plus de 13 ans. La vente d'alcool sera également interdite après 20 heures, dans le but de réduire les interactions sociales qui ont entraîné une augmentation des cas de Covid-19, selon Mark Rutte.

Lire aussi: Aux Pays-Bas, une vie presque ordinaire

Ces mesures resteront en vigueur au moins quatre semaines, avec une évaluation au bout de deux semaines. Si elles s'avèrent insuffisantes, des restrictions plus sévères pourraient être décidées, a prévenu le ministre de la Santé, Hugo de Jonge.

Troisième plus haut taux de nouvelles contaminations

Mercredi, les autorités sanitaires néerlandaises ont fait état d'un nouveau record quotidien de 7393 contaminations au coronavirus. En une semaine, elles ont répertorié 43 903 nouveaux cas et 150 morts.

Lire encore: Les Pays-Bas derrière leur premier ministre

Sur les 14 derniers jours, les Pays-Bas ont le troisième plus haut taux de nouvelles contaminations pour 100 000 habitants en Europe, derrière la République tchèque et la Belgique, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Ces derniers mois, le gouvernement de Mark Rutte a promu une politique de «confinement intelligent» nettement moins stricte que ses voisins européens, mais il ne parvient plus à contrôler la seconde vague de l'épidémie.