Démocratie

Par crainte des hackers, les Pays-Bas compteront à la main les bulletins des prochaines élections

Le ministre de l’Intérieur Ronald Plasterk a annoncé que le pays allait renoncer à employer un logiciel de comptage jugé trop vulnérable pour les élections du 15 mars

Les bulletins des électeurs néerlandais qui élisent leurs députés en mars seront comptés à la main pour éviter les tentatives de hacking. Le ministre de l’Intérieur Ronald Plasterk a annoncé cette mesure qui fait suite aux accusations des Etats-Unis de tentatives d’ingérence russe dans la campagne.

«Je ne peux exclure que certains acteurs étatiques tentent d’influencer des décisions politiques et l’opinion publique néerlandaise pour en tirer profit», a déclaré Ronald Plasterk dans une lettre adressée au parlement. Dans une interview accordée au groupe RTL et citée par le Guardian, il a précisé que les menaces pourraient venir de la Russie: «Maintenant qu’il y a des indications que cela pourrait intéresser les Russes, nous devons revenir au bon vieux stylo et au papier pour les prochaines élections.»

Lire aussi: Moscou soupçonné d’avoir réalisé le coup parfait contre l’élection américaine

Les bulletins de vote sont dépouillés à la main aux Pays-Bas, mais un logiciel compile ensuite normalement les résultats au niveau régional puis national. C’est ce logiciel, jugé vulnérable, qui sera abandonné pour les prochaines élections.

Le 15 mars, les Pays-Bas renouvellent les 150 sièges de la Chambre basse du parlement. Le Parti de la liberté du député islamophobe Geert Wilders est en tête des sondages sur les intentions de vote. L’élection est la première d’une série en Europe qui pourrait porter l’extrême droite au pouvoir.

Publicité