Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’appareil, un Antonov An-148, avait décollé de l’aéroport Domodedovo de la capitale russe.
© (DR)

Catastrophe aérienne

Le crash d’un avion de ligne russe près de Moscou fait 71 morts

Un avion de ligne russe avec 71 personnes à bord s’est écrasé près de Moscou dimanche peu après avoir décollé de l’aéroport moscovite de Domodedovo. Le parquet russe a annoncé quelques heures plus tard qu’il n’y avait pas de survivant

L'appareil, un Antonov An-148 de la compagnie Saratov Airlines, venait de décoller en direction d'Orsk, une ville de l'Oural, quand il a disparu des radars. Il s'est écrasé dans le district de Ramenski, à quelque 70 km au sud-est de Moscou. Il y avait 65 passagers et six membres d'équipage à bord.

Une boîte noire retrouvée

Les autorités russes n'ont pas évoqué l'hypothèse d'un acte terroriste. Plusieurs sources, citées par les agences de presse russes, font état d'une collision entre l'Antonov et un hélicoptère de la Poste russe juste après le décollage. Une version toutefois démentie par la Poste.

Si les recherches des corps et des débris, dispersés sur une zone très étendue, sont compliquées par la neige, un responsable régional du ministère des Situations d'urgence cité par les agences de presse russes, Sergueï Polietykhine, a indiqué qu'«une boîte noire a été trouvée sur le site du crash».

Appareil en flammes

Selon les agences, des témoins ont vu l'appareil en flammes tomber près du village d'Argounovo, au sud-est de Moscou. Les 71 passagers et membres d'équipage «n'ont eu aucune chance» de survivre, a déclaré à l'agence de presse Interfax une source au sein du ministère des Situations d'urgence.

La carlingue de l'appareil «est disséminée sur environ un kilomètre», a précisé à Interfax un responsable du ministère. «Plus de 150 personnes et environ 20 véhicules de secours se sont rendus sur le lieu du crash», a précisé le ministère dans un communiqué. Le président russe Vladimir Poutine a présenté ses condoléances aux familles des victimes et a ordonné la mise en place d'une commission d'enquête, a indiqué pour sa part le Kremlin.

La cause du crash n'a pas encore été établie. Selon l'agence Interfax, le ministère des Transports envisage notamment l'hypothèse des mauvaises conditions climatiques (températures négatives et chutes de neige intermittentes) et celle d'une erreur de pilotage. Mais une enquête criminelle a aussi été ouverte et aucune piste n'est exclue, ont dit les enquêteurs.

Difficultés d'accès

Alors que la neige est encore tombée dimanche sur Moscou et sa région, les véhicules de secours ont eu du mal à accéder au lieu du crash, forçant les secouristes à poursuivre à pied. Les premières images diffusées par les télévisions russes montrent des débris de l'appareil disséminés dans des champs enneigés. «Il y a beaucoup de corps et de fragments de corps», a déclaré une source à l'agence Interfax.

Le ministre russe des Transports, Maxime Sokolov, s'est également rendu sur place, ont annoncé les médias russes. Un centre de crise a été ouvert à l'aéroport Domodedovo, le second aéroport de la capitale russe en terme de passagers. L'appareil a disparu des radars deux minutes après le décollage, a indiqué une source au sein de l'aéroport Domodedovo aux agences de presse russe. A Orsk, une ville de l'Oural proche de la frontière avec le Kazakhstan, les proches des passagers commençaient aussi à affluer à l'aéroport, selon les médias locaux.

Précédents accidents

Basée à Saratov (Volga), Saratov Airlines exploite essentiellement des avions russes Antonov ou Yakovlev. Cette compagnie, qui n'a jamais été impliquée dans un accident mortel depuis la fin de l'URSS en 1991, dessert surtout des villes de province en Russie ainsi que les capitales du Caucase.

Le dernier accident mortel d'un avion sur le territoire russe remonte à décembre 2016, quand un avion militaire Tu-154 s'était écrasé peu après son décollage d'Adler (sud) à destination de la base aérienne russe de Hmeimim, en Syrie. Parmi les victimes figuraient plus de 60 membres des choeurs de l'Armée Rouge. En mars 2016, un Boeing 737 de la compagnie flydubai s'était écrasé à l'aéroport de Rostov-sur-le-Don, faisant 62 morts, alors qu'il essayait d'atterrir dans de mauvaises conditions.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a