Des problèmes dans la conception du 737 MAX et dans sa supervision ont joué un rôle important dans le crash de l'appareil de Lion Air au large de l'Indonésie en 2018, affirme un rapport des autorités indonésiennes.

Ce rapport, dont s'est fait l'écho dimanche le Wall Street Journal et qui devrait normalement être officiellement publié au début novembre, impute aussi l'accident à une série d'erreurs de pilotage et à des problèmes de maintenance, ajoute le quotidien économique sur son site.

Lire aussi: Les 189 personnes à bord du vol Lion Air sont «probablement» mortes

Quelques mois après l'accident du Boeing de Lion Air, un crash du vol 302 d'Ethiopian Airlines, également un 737 MAX, a fait 157 victimes. Le modèle de Boeing est cloué au sol depuis six mois. Le système anti-décrochage MCAS, conçu spécialement pour le 737 MAX, a été mis en cause par les enquêtes préliminaires sur les deux accidents.

Une série de recommandations annoncées fin septembre

Les enquêteurs indonésiens pourraient encore modifier leurs conclusions, qu'ils ont partagées pour l'instant avec les autorités américaines de l'aviation (FAA) et de la sécurité dans les transports (NTSB), indique le Wall Street Journal. Des représentants américains doivent se rendre en Indonésie à la fin du mois pour en discuter.

Selon les sources du quotidien, la NTSB n'aurait pas grand-chose à dire. Boeing et la FAA s'inquiéteraient en revanche du fait que «le rapport final mettra indûment l'accent sur des erreurs de conception [de Boeing] et de certification par la FAA».

Lire également: Crash de Lion Air en Indonésie: Boeing reconnaît qu'un capteur pourrait être en cause

Selon le Wall Street Journal, la NTSB s'apprête pour sa part à annoncer «vers la fin du mois» une série de recommandations allant du renforcement des compétences de pilotage manuel des pilotes à l'amélioration du processus d'homologation des nouveaux modèles d'avions par la FAA.