Histoire

Crise diplomatique en perspective au mariage du prince Harry

Le prince, qui va se marier en mai prochain avec l'actrice américaine Meghan Markle, veut inviter les Obama. Ce ne serait pas du goût de Donald Trump. Au 10, Downing Street, on craint d'offusquer l'actuel président américain

Le prince Harry est britannique jusqu’au bout de ses chaussures. Meghan Markle est une actrice américaine. Ils vont tous deux convoler en justes noces le 19 mai 2018. Une union, pour ainsi dire, de l’Amérique et de son allié spécial, la Grande-Bretagne. Or les relations entre les deux pays sont un peu plus compliquées.

Récemment, le prince Harry et Meghan Markle ont laissé entendre à leurs proches qu’ils allaient inviter à leur mariage Barack et Michelle Obama dont ils se sentent proches. Lors des Invictus Games au Canada au début de l’année, Harry et Barack apparaissaient comme de vieux amis. En revanche, l’actrice américaine avait déjà fait savoir à travers les réseaux sociaux qu’elle n’aimait pas Donald Trump, un être «misogyne».

Des relations tendues

En soi, rien d’exceptionnel, sauf que cette simple invitation est sur le point de créer une crise diplomatique. Motif: jusqu’ici, Donald Trump n’a toujours pas une date précise pour venir rendre visite à la première ministre Theresa May. Dans son entourage, on dit qu’il serait furieux de constater que les Obama participent à un mariage royal avant que le président américain en exercice puisse rencontrer la reine Elizabeth.

Or pour l’heure, les relations entre le 10, Downing Street et la Maison-Blanche ne sont pas au beau fixe. Voici quelque temps, la cheffe du gouvernement britannique a critiqué l’attitude du président américain qui avait retweeté un tweet d’un responsable d’un groupe d’extrême droite britannique dont les propos étaient foncièrement islamophobes et haineux.

Au sein du Foreign Office et au 10 Downing Street, on craint que l’invitation aux Obama soit perçue comme une manière de snober Donald Trump et qu’elle complique la tâche de Theresa May de reprendre langue avec le locataire de la Maison-Blanche. De sources proches du cabinet de la première ministre, on avance que le cas échéant, Theresa May fera acte d’autorité pour empêcher Harry d’inviter le 44e président américain et son épouse. «Et Harry, dit-on, devra avaler la pilule.»

Revue de presse du 28 novembre dernier: Ô temps! suspends ton vol, un mariage princier se prépare à Londres


Barack Obama interviewé par le prince Harry sur la BBC

Dans un entretien avec le prince Harry diffusé mercredi 27 décembre sur la BBC Radio 4, l’ancien président américain a mis en garde contre le risque de «balkanisation» de la société que fait planer selon lui une utilisation malavisée des réseaux sociaux.

«L’un des dangers d’internet, c’est que les gens peuvent voir des réalités totalement différentes. Ils peuvent être bercés par des informations qui renforcent leurs parti pris», déclare Barack Obama dans cette interview, sa première depuis son départ de la Maison Blanche en janvier.

Le 44e président des Etats-Unis confie également avoir quitté la Maison Blanche avec, «globalement», un sentiment de «sérénité», mais éprouver aussi de l’«inquiétude» quant à l’avenir du pays.

Publicité