Il faut remonter à un quart de siècle pour trouver un niveau de croissance économique aussi faible en Chine. C’était au lendemain du massacre de Tiananmen, lorsque la Chine s’était retrouvée au ban des nations pour avoir tiré sur ses étudiants. Un épisode de triste mémoire, resté tabou jusqu’à aujourd’hui dans un pays qui a vécu une transformation sans précédent en l’espace d’une génération.

Plus d’autre choix

En ce début d’année 2016, ce ralentissement est la principale source d’inquiétude de l’économie globale. Il y a une certaine logique à cela: transformée en usine du monde la Chine dopait le commerce depuis une décennie. L’interventionnisme de ses autorités pour atténuer le choc de la crise financière de 2008, avec celui des Etats-Unis, a sans doute évité le pire à l’ensemble de la planète.

Cette décélération n’en est pas moins normale et inévitable. Après une croissance dopée au crédit, inégalitaire et destructrice pour l’environnement, Pékin n’avait plus d’autre choix que d’appuyer sur les freins pour restructurer son modèle. Mieux vaut tard que jamais. Bien maîtrisées, de nouvelles réformes pourront assurer une meilleure redistribution des richesses en Chine tout en bénéficiant au reste du monde.

Reflux des libertés

Plutôt qu’un effondrement de l’économie, c’est la crispation politique du régime qui devrait nous interpeller. Jamais depuis les événements de Tiananmen, le parti communiste ne s’était montré aussi répressif. Ces derniers mois, il n’y a pas que l’économie qui décélère. Les libertés refluent bien plus massivement. Avocats détenus sans jugements, journalistes condamnés, correspondants expulsés, libraires hongkongais kidnappés, représentants d’ONG étrangères arrêtés, hommes d’affaires enlevés, spectacle télévisé des aveux de condamnés, minorités étouffées… Xi Jinping instaure un nouveau climat de terreur.

C’est le signal d’un régime aux abois, d’un pouvoir déchiré, de réformes contestées dans un empire qui pourrait bien renouer avec le cycle de la violence. Là est le véritable danger pour cette année du singe.