Trois semaines après le scrutin législatif, les électeurs croates doivent confirmer ce lundi leur volonté de rupture avec près de dix années de domination exclusive des nationalistes de la Communauté démocratique croate (HDZ). Le candidat de ce parti au premier tour de l'élection présidentielle, Mate Granic, représentant de l'aile modérée, est en chute libre dans les sondages. Du coup, la compétition se révèle plus ouverte que prévu entre les deux candidats issus de la nouvelle majorité. Le président du Parti social libéral croate (HSLS), Drazen Budisa, également soutenu par les sociaux-démocrates (SDP) du futur premier ministre Ivica Racan, partait largement favori, mais il pourrait être devancé par Stipe Mesic, dernier représentant croate à la présidence collégiale yougoslave en 1991.

Stipe Mesic, le challenger

Stipe Mesic, candidat du petit Parti national (HNS), jouit d'une très grande popularité personnelle. Il compte sur l'Istrie et la Dalmatie pour le plébisciter. Ses affiches de campagne présentent son parcours comme un véritable résumé de l'histoire de la Croatie. En 1971, il s'engage dans le Printemps croate, la première manifestation nationaliste dans ce qui était encore la Yougoslavie unie. En 1990, il lutte pour l'indépendance. En 1994, il «reconnaît ses erreurs» et rompt avec l'extrémisme du HDZ. Stipe Mesic se veut ainsi l'incarnation d'une Croatie qui assumerait pleinement son identité et sa souveraineté, tout en évitant le piège du nationalisme.

Si Stipe Mesic arrive en tête des candidats au premier tour, toutes les hypothèses sont permises. Drazen Budisa se désistera peut-être en sa faveur, à moins qu'un second tour n'oppose les deux candidats issus de la nouvelle majorité. Quoi qu'il en soit, ce scrutin présidentiel ne manquera pas de peser sur les rapports de force entre les différentes composantes de la nouvelle majorité, et donc sur la constitution du gouvernement.

Sur les ruines du «système HDZ», la Croatie pourrait s'engager dans une aventure politique inédite: une sorte de «cohabitation» aux allures d'union nationale.